Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 14:43

j'adore ce poème d'Edgar Allan Poe, et s'il est fait allusion  à ce " royaume près de la mer", je ne peux croire qu'il puisse s'agir d'autre part que de l'Irlande même si l' inspiration de Poe n'etait pas forcément l'île verte... Bonne lecture. Atmosphère dramatique et fantastique garanties, par un des plus grands auteurs fantastiques: E.A Poe.



Annabel Lee

Traduction de Stéphane Mallarmé

 

                       

Il y a mainte et mainte année, dans un royaume près de la mer, vivait une jeune fille, que vous pouvez connaître par son nom d’Annabel Lee, et cette jeune fille ne vivait avec aucune autre pensée que d’aimer et d’être aimée de moi.

J’étais un enfant, et elle était un enfant, dans ce royaume près de la mer ; mais nous nous aimions d’un amour qui était plus que de l’amour, — moi et mon Annabel Lee ; d’un amour que les séraphins ailés des Cieux convoitaient à elle et à moi.

Et ce fut la raison qu’il y a longtemps, — un vent souffla d’un nuage, glaçant ma belle Annabel Lee ; de sorte que ses proches de haute lignée vinrent et me l’enlevèrent, pour l’enfermer dans un sépulcre, en ce royaume près de la mer.

Les anges, pas à moitié si heureux aux cieux, vinrent, nous enviant, elle et moi. Oui ! ce fut la raison (comme tous les hommes le savent dans ce royaume près de la mer) pourquoi le vent sortit du nuage la nuit, glaçant et tuant mon Annabel Lee.

Car la lune jamais ne rayonne sans m’apporter des songes de la belle Annabel Lee ; et les étoiles jamais ne se lèvent que je ne sente les yeux brillants de la belle Annabel Lee ; et ainsi, toute l’heure de nuit, je repose à côté de ma chérie, — de ma chérie, — ma vie et mon épouse, dans ce sépulcre près de la mer, dans sa tombe près de la bruyante mer.

Mais, pour notre amour, il était plus fort de tout un monde que l’amour de ceux plus âgés que nous ; — de plusieurs de tout un monde plus sages que nous, — et ni les anges là-haut dans les cieux, — ni les démons sous la mer, ne peuvent jamais disjoindre mon âme de l’âme de la très belle Annabel Lee.

( Edgar Allan Poe)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cat 09/06/2010 17:29


je te rejoins et t'approuve en ce qui concerne Poe en général,le poème d'Annabel Lee en particulier,Baudelaire ,O. Wilde et d'autres...Join the club...


L'irlandaise 09/06/2010 19:37



Oui, tous d'excellents auteurs dont la proximité/fréquentation aide à s'élever ( dans tous les sens du terme )



Xian_Moriarty 03/06/2010 12:49


tu as choisie une traduction de Mallarmé...Baudelaire n'a pas traduit ce poème ou est-ce un choix délibéré de ta part ?


L'irlandaise 03/06/2010 16:52



effectivement  à l'époque où j'ai fait cet article, il y a qq mois ( c'estun de mes articles ' en stock ') j'avais un peu préféré la trad de Mallarmé...Allez,
étude comparative, voici celle de Baudelaire :


Annabel Lee


par Edgar Poe


Il y a mainte et mainte année, dans un royaume près de la mer, vivait une jeune fille, que vous pouvez connaître par son nom Annabel Lee, et cette jeune fille
ne vivait avec aucune autre pensée que d'aimer et d'être aimée de moi.


J'étais un enfant, et elle était un enfant, dans ce royaume près de la mer; mais nous nous aimions d'un amour qui était plus que de l'amour - moi et mon Annabel Lee;
d'un amour que les séraphins ailés des Cieux convoitaient à elle et à moi.


Et ce fut la raison qu'il y a longtemps un vent souffla d'un nuage, glaçant ma belle Annabel Lee; de sorte que ses proches de haute lignée vinrent et me
l'enlevèrent, pour l'enfermer dans un sépulcre, en ce royaume près de la mer.


Les anges, pas à moitié si heureux aux cieux, vinrent, nous enviant, elle et moi. Oui! ce fut la raison (comme tous les hommes le savent dans ce royaume près de la
mer) pourquoi le vent sortit du nuage la nuit, glaçant et tuant mon Annabel Lee.


Car la lune jamais ne rayonne sans m'apporter des songes de la belle Annabel Lee; et les étoiles jamais ne se lèvent que je ne sente les yeux brillants de la belle
Annabel Lee; et ainsi, toute l'heure de nuit, je repose à côté de ma chérie - de ma chérie -, ma vie et mon épouse, dans ce sépulcre près de la mer, dans sa tombe près de la bruyante mer.


Mais, pour notre amour, il était plus fort de tout un monde que l'amour de ceux plus âgés que nous; de plusieurs de tout un monde plus sages que nous, et ni les
anges là-haut dans les cieux, ni les démons sous la mer, ne peuvent jamais disjoindre mon âme de l'âme de la très belle Annabel Lee.



Voyelle 02/06/2010 13:21


magique instant d'un amour éternel ! et avec Edgar Allan Poe c'est du tout bon !


L'irlandaise 02/06/2010 17:55



oui,un peu de rêve dans un quotidien morose...



Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net