Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 10:18

L'Irish whiskey est un whisky d'orge maltée fait en Irlande. À l'occasion de fouilles menées sur les berges de la Liffey à Dublin, on a découvert des inscriptions sur des peaux de renne tannées datant d'avant notre ère. L'auteur en fût probablement  un magicien ou un alchimiste - ou son équivalent celtique, et qui, en ces temps reculés, s'était essayé à distiller un mélange fermenté de céréales et d'eau.  Celui-ci répondait au nom de Pah-Dee et vivait sur la rive Sud de la Liffey, sous un climat semble-t-il très rigoureux, puisqu'il précise être vêtu de fourrures. Barry Walsh (maître assembleur chez Irish Distillers) a usé de licence poétique pour moderniser le texte. La description faite par Pah-Dee d'une "eau de feu", passée trois fois, constitue à l'évidence le premier document attestant la triple distillation de whiskey irlandais.



À partir du XIIe siècle la distillation de l'eau-de-vie se répand progressivement en Europe, notamment en Écosse et en Irlande, où l’alambic ferait son apparition avec les missionnaires chrétiens (la légende veut que Saint Patrick lui-même, saint patron des Irlandais, l'ait introduit au Ve siècle). La pratique et le savoir-faire se développent dans les monastères. Au XIe siècle pour que les progrès dans les techniques de condensation permettent de produire des boissons alcoolisées. Le whisky, alors appelé uisge beatha . A cette époque, la fonction essentiellement thérapeutique du produit dans le fait qu'il est utilisé autant en onguent qu'en médicament. Au XIIe siècle les soldats anglais, qui envahissent l'Irlande, découvrent la boisson alcoolisée qui semble alors jouir d'une popularité notable auprès de la population locale. En 1608, la distillerie Bushmills obtient la première licence officielle de distillation. En 1826, on invente en Irlande, le système de distillation en continu de l'alcool de grain, le "patent still". Paradoxalement il n’est utilisé qu’en Écosse, où il remplace le pot still, technique encore en usage au XIXe siècle, en Irlande.

En Irlande le whiskey est, lui aussi, mis à mal au XXe siècle. L'arrivée des blends écossais, ensuite, la guerre civile et la partition de l’Irlande, dans les années 20, vont chambouler le marché du whiskey. Il perd alors, son principal acheteur, le Royaume-Uni. Heureusement la diaspora irlandaise, en Amérique du Nord, va permettre d’écouler la production. Après la Seconde Guerre mondiale, il ne restera plus que 4 distilleries en activité en Irlande (Bushmills, Cork Distillery, Jameson et Power). Plus tard, les trois dernières à regrouper leur centre de production sur un seul site sera Midleton. Ce qui fait qu’au début du XXIe siècle, l’Irlande ne compte plus que trois distilleries en activité (Bushmills, Midleton et Cooley, créée en 1987 - voir la carte).


Fichier:Irish whiskey distillery map.svg

Le whiskey irlandais ressemble par ses ingrédients et ses techniques de fabrication à son frère écossais. L’utilisation de la tourbe par contre est quasiment inexistante lors des opérations de séchage. Les notes de tourbe et de fumée sont donc absentes de la palette aromatiques des whiskey irlandais (récemment a été lancé le "Connemara" par la distillerie de Cooley, seul whiskey tourbé à être fabriqué en Irlande). L’autre particularité du whiskey réside dans son élaboration. Les distillateurs irlandais pratiquent une triple distillation à l’opposé des Ecossais qui, à quelques rares exceptions, n’en font que deux.La grande spécialité de l’Irlande en matière de whiskey est le pure pot still whiskey qui est un whisky irlandais fabriqué à partir d’orge et distillé dans un pot still. Il est similaire au single malt, mais, toutefois, la céréale utilisée pour faire l’alcool est un mélange d’orge et d’orge malté. Quant à lui, le single malt n’utilise que de l’orge malté. Le ratio entre orge et orge malté peut varier. En général, on utilise 60% d’orge non malté pour 40% d’orge malté.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article

commentaires

Charles+Nierac 01/06/2009 17:52

Je lis les commentaires et vous conseille à tous pour gouter un whisky tourbé : Laphroaig ou Lagavullin ou bien encore Ardbeg ou même Finlaggan.

Le bowmore n'est pas mauvais non plus.

Voilà pour la tourbe...

L'irlandaise 01/06/2009 20:46


Ok, merci pour le conseil, je n'ai pas encore acheté celui qui est dispo au comptoir irlandais, je sais que c'est un whiskey du connemara mais je n'ai pas le nom en
tête, je vais vérifier !


Charles+Nierac 01/06/2009 17:49

Voilà un article auquel je ne pouvais échapper étant un grand amateur de pure malt.

Evidement je vénère (le mot est un peu fort mais je le trouve finalement bien approprié) le whisky écossais mais apprécie tout autant le whiskey avec ce "e" dont les irlandais sont fiers et ce, à juste titre.

J'ai la chance d'avoir une bouteille de Jameson à mon nom chez moi.


A déguster avec modération et un filet d'eau de source....

L'irlandaise 01/06/2009 20:45


j'ai une petite préférence pour le whisk(e)y irlandais, mais c'est peut etre purement subjectif ! LOL


Sherry 03/05/2009 11:47

j'aime bien le Bushmills.. tiens sur le bateau j'ai goûté un whiskey tourbé, c'est space mais pas mauvais...

L'irlandaise 03/05/2009 11:56


je n'ai pas encore gouté, les avis sont partagés sur la question, certains aiment, d'autres pas. On m'avait dit que seul celui du connemara avait un gout de tourbe ,
mais certains whiskys ecossais aussi, alors je ne sais vraiment pas...


Sherry 01/05/2009 13:30

miam miam, j'aime bien ça

L'irlandaise 01/05/2009 19:57


cet aprem, j'ai bu moderemment avec un ami bloggeur ( BBJane - j'en profite pour faire un peu sa pub, son bog meritant le detour ) un peu de Bushmills, excellent,
aussi !


Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net