Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 13:44

                                                                         LE FOU

poème de Padraic Pearse, héros & poète irlandais , traduit par Jean-Pierre Le Mat

                                                                                     __________________    

  

Puisque les sages ne le disent pas, je le dis, je suis seulement un fou ;

Un fou épris de sa folie

Oui, plus que les sages ne le sont de leurs livres, de leurs comptoirs, de leurs maisons paisibles,

Ou de leur renommée dans la bouche des hommes ;

Un fou qui durant ses jours n'a jamais agi avec prudence,

Qui ne s'est jamais préoccupé du coût, ni de savoir si quelqu'un d'autre récoltait

Les fruits de ses puissantes semailles, se contentant de semer les graines ;

Un fou sans remords qui bientôt, quand tout finira,

Rira dans son cœur solitaire, quand les épis mûrs tomberont sous les faucilles

Et que le pauvre qui était affamé sera rassasié,

Alors que lui a faim.

  

J'ai gaspillé les années splendides que le Seigneur Dieu m'a donné, dans ma jeunesse

En tentant des choses impossibles. Je pensais qu'elles seules valaient la peine.

Etait-ce folie ou grâce ? Ce n'est pas les hommes qui me jugeront, mais Dieu.

 

4556197336_6a0bed4906_b.jpg

 

J'ai gaspillé les années splendides :

Seigneur, si de nouveau je les avais, je les gaspillerais de nouveau.

Allez, éloignez-les loin de moi !

Car j'ai entendu ceci dans mon cœur, qu'un homme doit dépenser et non pas amasser,

Il doit agir aujourd'hui et non penser au lendemain,

Il ne doit pas marchander ni discuter avec Dieu : ou était-ce une plaisanterie du Christ,

Et est-ce ma faute devant les hommes, de L'avoir pris au mot ?

 

Les juges se sont rassemblés, des hommes aux visages effilés et longs.

Ils ont dit, « Cet homme est un fou ». D'autres ont dit « Il blasphème ».

Les sages ont eu pitié du fou, qui a lutté pour donner vie

Dans le monde du temps et de l'espace, dans la masse des choses réelles,

A un rêve qui fut rêvé dans le cœur et que seul le cœur peut comprendre.

 

O, hommes sages, voici mon énigme : qu'adviendra-t-il si le rêve devient réalité ?

Qu'adviendra-t-il si le rêve devient réalité ?

Et si des millions à naître vivaient plus tard

Dans la maison que j'ai bâtie dans mon cœur, la noble maison de mes pensées ?

Seigneur, j'ai risqué mon âme, j'ai risqué la vie de mes proches

Sur la foi de ta terrible parole. Oublie mes faiblesses,

Mais souviens-toi de ma foi.

 

Et je déclare

Oui, avant que ma jeunesse folle ne passe, je parle à mon peuple et je lui dis :

Vous devez être aussi fou que moi ; vous devez semer et non pas engranger

Vous devez tout risquer, ou sinon vous perdrez ce qui vaut plus que tout ;

Vous devez réclamer un miracle et prendre le Christ au mot.

Et je répondrai de tout cela ; O mon peuple, j'en répondrai ici et dans l'au-delà.

O mon peuple que j'ai aimé, ne devons-nous pas en répondre ensemble ?

 

Padraic Pearse.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Esclarmonde 25/11/2011 18:26

Je me souviens bien lorsque tu as publié ce poème car je l'ai vraiment apprécié.... Et au sujet de la folie, je trouve que beaucoup d'irlandais sont empreints de ce qu'on appellerait en France de
la folie douce et j'apprécie beaucoup...

L'irlandaise 25/11/2011 21:15



j'aime aussi beaucoup ce poème et c'est pourquoi je l'ai mis deux fois. Je suis d'accord avec toi pour l'analyse. Nous sommes ( trop ? ) dans le rationnel ici, et
eux peut etre pas assez. la dose exacte n'est pas facile  à trouver...



fransua 21/04/2011 18:45


un étrange poème mais au double sens profond


L'irlandaise 21/04/2011 23:51



beaucoup de choses - et d'actions - ont un double sens en Irlande, c'est ( aussi ) ce qui fait le charme du pays !



cat 10/04/2011 01:55


"tel est fou" etc...Vent de folie dans un cimetière irlandais?vent de sagesse devant la croix celtique d'une pierre tombale?pensées pour nuit d'insomnie...


L'irlandaise 10/04/2011 11:53



ah la folie et la sagesse sont si proches, surtout de nos jours !



honorius 07/04/2011 11:03


splendide à tous niveaux... Gros bisous du vieux sorcier


L'irlandaise 07/04/2011 16:07



merci vieux sorcier, contente de te voir passer par ici, comme toujours, j'espère qu'en ce printemps tu vas bien !



Elo 04/04/2011 00:16


Superbe poème... Message très très important finalement... Qu'est-ce que la folie? Ceci est une question épineuse... Ne serait-ce pas tout simplement être différent d'une norme? Bises


L'irlandaise 04/04/2011 10:04



Bien sûr qu'il s'agit effectivement et essentiellement 'être différent d'une norme', la folie n'est pas pr conséquent une fatalité, quand elle, comme dans ce poème,
en quelque sorte, choisie...Merci de ta visite et contribution



Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net