Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 19:36


Gregory Delanty est un poète irlandais né à Cork, Irlande en 1958.
 
La poésie de Greg Delanty répond à une question identitaire posée par lui à travers la voix du poète Amergin : « Who are you ? ». La réponse se trouve dans le même vers : « Only by singing will you know ». Delanty s’installa aux Etats Unis en 1986, mais il reste profondément attaché à sa ville natale. Sa poésie trace l’évolution difficile de son rapport avec son lieu d’origine et avec l’Amérique, son lieu de vie. Dans les six recueils publiés à ce jour, Delanty tente de placer sa voix en jouant avec la langue et la forme poétique elle-même. Citoyen américain depuis 1994, il enseigne au St Michael's College, dans le  Vermont. L'essentiel de son oeuvre est consacré  à l'exil et à la quête de l'appartenance identitaire que "seul le chant permet de connaître".








Amergin
 
Sing of the birds’ sunrise cacophony,
discordant as any orchestra
tuning up before the day’s symphony.
Sing of the flocks of waves riding in,
delicately curved as a swan’s neck.
Sing of the sun’s descent in tongues of fire
upon the sea, communing with all and sundry.
Sing of the smell of the ocean, sweeter
than the scent of cut grass or girls ;
then sing of these, for nothing is lovelier.
Sing of the broken mirror of the sea
faithful to everything passing above.
Sing of the sun pulling its own shroud over
the mirror and how shearwaters pierce the dark.
Sing of all you behold from sunrise to sunrise,
how I’m within everything wherever you go.
Who am I ? Only by singing will you know.
 
Amergin
 
Chante à l’aurore la cacophonie des oiseaux,
discordante comme tout orchestre
s’accordant avant la symphonie du jour.
Chante la cavalcade des vagues attroupées,
aux courbes délicates, un cou de cygne.
Chante la descente du soleil en langues de feu
sur la mer, en communion avec le monde.
Chante le parfum de l’océan, plus doux
que celui de l’herbe coupée ou des filles ;
chante tout ceci, car rien n’est plus beau.
Chante le miroir brisé de la mer
fidèle à tout ce qui passe au-dessus.
Chante le soleil qui tire son propre linceul par-dessus
le miroir et les eaux coupantes qui transpercent la nuit.
Chante tout ce que tu vois de l’aurore à l’aurore,
et ma présence au sein de tout où que tu ailles.
Qui suis-je ? Il n’est que le chant pour que tu le saches.



Partager cet article

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

cat 02/12/2009 22:58


un envoûtement de plus sur ce site...


L'irlandaise 03/12/2009 16:43



j'aime beaucoup ce poète !



Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net