Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 22:29

Le chat et la lune

Le chat s'en allait ça et là,
La lune tournait comme une toupie,
Le plus proche parent de la lune,
Le chat rampant, leva les yeux.
rampe dans l'herbe
De flaque de lune en flaque de lune,
Et là-haut la lune sacrée
Commence une phase nouvelle.
 a-t-il conscience
Que ses prunelles changent sans cesse,
Qu'elles vont du cercle au croissant,
Pour aller du croissant au cercle ?
rampe dans l'herbe,
Solitaire, sage, important,
Levant vers la lune changeante
Ses yeux changeants.

William Butler Yeats


Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Bonjour,
beau blog
je vous adresse un texte que j'ai écrit sur Yeats
bonne journée

William Butler Yeats




Maud is gone
For ever gone
O my Darling, O my Darling
Maud Gonne,
elle ne lui a pas donné d’amour, un Tristan sur la grève.
elle lui a donné des mots à ce poète, Irlandais entre deux cultures, pour chanter une langue que les hommes ne connaissaient pas;
entre les mythologies, les religions, les sciences occultes, toute une vie pour capturer par l’illusion de l’impossible des formes magiques,
pour fuir le triomphe de l’imbécile,
pour fuir qui pense comme tout le monde.
Dans les caractères dessinés sur les sables, un homme mystérieux qui lui ressemblait comme un frère; un autre lui, le plus différent, l’anti-lui, qui lui dévoila tout ce qu’il cherchait; peut-être…
Un homme d’âme et de corps,
un de ceux qui au petit matin des nuits de plaisir se retrouvent aussi mou qu’un ver, et avec un nouvel accroc à leur manteau mortel.
Un homme libre, qui a hérité la fierté de ceux qui ne sont liés ni à une cause ni à un état, ni à ceux qui sont méprisés, ni à ceux qui méprisent.
Un homme qui avait tellement de rêves qu’il a pu en faire un tapis sous nos pieds,
Poète, toujours en quête du Temps,
Pour écrire un vers, nécessaire pensée d’un moment,
un vers qui entraine éternellement nos âmes dans l’infini,
à la rencontre de l’homme qui a créé la mort.

On boira de la bière rouge et brune dans ce village heureux, vers Sligo, dans un pays qui n’est pas pour les hommes vieux, devant une pierre de rêve dont chaque brisure devient rivière ou avalanche,
là où le Temps nous oubliera certainement dans des titres de poèmes :
To a Wealthy Man who promised a Second Subscription to the Dublin Municipal Gallery if it were proved the People wanted Pictures.
En écoutant Byzantium de Michael Tippett,
Dans l’attente de la Seconde Venue.

La Rose, Ego Dominus Tuus, A un Enfant qui Danse dans le Vent , Les Lettrés, Le Premier Chant de la Femme de Chambre, La Tour, Il Voudrait Avoir les Atours du Ciel, Malédiction d’Adam, Mort, Voguant vers Byzance, Lapis Lazuli, Les Oiseaux Blancs.
Ces poèmes m’ont largement assisté.


© Mermed janvier2016
Répondre
L

Bonjour, l'Irlandaise. Je t'informe que je viens de commencer une série d'articles sur la littérature irlandaise et celtique. Je débute avec Jean Markale.

http://lesbuzzculturels.over-blog.com/article-litterature-celtique-irlandaise-61807107.html


Répondre
L


Ok, merci beaucoup dès que j'ai un instant, je vais voir cela ! bien amicalement, MH AKA l'irlandaise !



L

C'est la pleine lune !


Répondre
L


aïe !  je suis synchro alors!



V

ah, Mr William Butler Yeats !!!!!! je que c'est aussi un des favoris de Clint Eastwood !


Répondre
L

exact ! il le mentionne dans " million dollar baby"...merci de le rappeler, j'avais presque oublié !


Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net