Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 11:23

...Noël en Irlande est une tradition séculaire qui célèbre  à la fois le solstice d'hiver cher aux Celtes, mais aussi, bien entendu, compte tenu de la forte religiosité de l'Irlande pendant des siècles, la naissance de Jésus Christ.

'Nollaig Shona Duit'



La veille et le jour de Noël, les irlandais se rendent volontiers au Pub, boire quelques pintes de Guinness en compagnie d'amis et de la famille. On y discute dans une ambiance agréable, entre adultes et enfants, on y regarde des matchs de hurling, tout en dégustant petits pâtés, bières et vins chauds pour se réchauffer de la rude nuit d'hiver du réveillon... Et le tout en musique bien sûr ! Des musiciens locaux se rasemblent dans les Pubs pour y interpréter des cantiques de noël et autres morceaux traditionnels irlandais, jusqu'à ce que l'horloge sonne l'heure de la messe. De nombreuses familles retournent alors en vitesse chez eux, pour laisser un bon verre de Whisky pour le père Noël, ainsi que quelques carottes crues à destination de ses rennes affamés.Puis les irlandais quittent leurs maisons en direction des églises, chapelles et cathédrales, pour assister à la messe. La cérémonie dure en moyenne une bonne heure et demie, et est l'occasion pour ses fidèles, de prier et d'honorer le Christ.

 



9104383-essay

Paysage d'Irlande du nord sous la neige.

Le lendemain, la famille offre des cadeaux aux enfants ainsi qu'aux proches pour leur témoigner leur affection... Vient ensuite le repas de Noël qui est souvent très copieux et qui ne se sert que tard dans l'après midi, aux alentour de 14h, après l'ouverture des cadeaux. Particulièrement riche, le repas de Noël irlandais se compose généralement de dinde, de bœuf épicé, et de jambon. Sans oublier les traditionnels desserts où l'on sert le célèbre "Plum Pudding" ainsi que des "Mince Pies" servis avec du rhum. Durant la dégustation du repas, les irlandais ont pour tradition d'allumer une bougie à la fenêtre de leur maison, en l'honneur de Marie et Joseph. La coutume voudrait d'ailleurs que ce soit l'individu le plus jeune de la maison qui allume la mèche de la bougie et que celle-ci ne soit plus tard éteinte que pas une personne répondant au nom de Mary.Le 26 décembre est également en Irlande un jour férié connu sous Stephen's day : cette journée permet de prolonger le plaisir en allant voir quelques courses de chevaux, prendre quelques paris, vider quelques verres dans les Pubs et écouter des cantiques chanter par des chœurs dans les rues.

 

christmas-dublin.jpg

 

Noël sur Grafton Street, Dublin.

 


Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 08:38
“Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un regard intelligent sur soi même”.
Marguerite Yourcenar.

mourne-mountains2.jpg

 

Mourn mountains, comté de Down, Ulster


Repost 0
Published by L'irlandaise - dans citations et aphorismes
commenter cet article
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 16:14

"It's poor I am. It's unlucky I am. But it's useless I am not."

 

Frank McCourt,  Angela's ashes ( a novel that takes place in Limerick )

 

                                                                        ___________________________

 

Limerick est la quatrième ville en population de l'Irlande (après Dublin, Cork et Galway) avec une population de plus de 90 000 habitants.

Elle est située à l'ouest de l'Irlande sur une île et le long du fleuve Shannon, dans le comté du même nom.

 

limerick2.jpg

Limerick et la Shannon river.


 

« Luimneach »  en irlandais désigne la région située le long des rives de l’estuaire du Shannon, que l'on appelait alors « Loch Luimnigh ». « Inis Sibhtonn » fut la première installation sur ce site, datant de la période pré-vikings, et qui est mentionnée dans les Annals for King's Island. Cette île était également appelée « Inis an Ghaill Duibh ».

Limerick est le cadre du best-seller de Frank McCourt, Les Cendres d'Angela dans lequel l'auteur décrit son enfance dans les quartiers pauvres de la ville.

 

La fondation de la ville remonte à l'établissement des Vikings en 812. Entre 850 et 978 année de la prise de la ville par Brian Boru, Limerick est le centre d'un petit royaume viking. Les Normands ont profondément restructuré la ville au XIIe siècle et y ont ajouté la plupart des monuments importants comme le King John's Castle et la cathédrale Sainte-Marie.

Durant les guerres civiles du XVIIe siècle, l'Irlande ayant pris position pour le roi d'Angleterre en espérant des compensations, la cité de Limerick joua un rôle pivot et fut assiégée par Oliver Cromwell en 1651, puis deux fois par Guillaume III d'Angleterre dans les années 1690.


 

85139_limerick_campus_imagelarge.jpg

Le campus de l'université de Limerick

 

Limerick s’est enrichie au XVIIIe siècle grâce au commerce, mais l'Acte d'Union (1800), ainsi que la grande famine ont causé son déclin et la dégradation de son économie. La tendance ne s'est inversée que depuis les années 1990, durant la période dite de « l'économie du Tigre celtique ».

Limerick contient de nombreux lieux d'intérêt touristique, comme le château de roi Jean (1212), la cathédrale Sainte-Marie (1168), la Pierre du Traité (Treaty Stone), le Musée Hunt, et de nombreux circuits. L’université de Limerick mérite aussi une visite, en tant que centre culturel de la région. Dans les alentours, on peut visiter le château de Bunratty, le village d'Adare et le « Foynes Flying Boat Museum ».

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Geographie
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 07:52

"Nous espérons que "le vent se lève" constitue un petit pas dans la relation qu'ont les Britanniques avec leur passé impérialiste. Si nous osons dire la vérité sur le passé, peut-être oserons-nous dire la vérité sur le présent."

 

Ken Loach

 

 

 

vent-se-leve.jpg


 

Avec Le Vent se lève le réalisateur britannique Ken Loach, décrocher en 2006la Palme d'or, décernée "à l'unanimité",  il avait déjà décroché le Prix du Jury pour un autre film chroniqué sur ce blog :  l'Irlande au cinéma : Hidden agenda (1990) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le titre original du film, The Wind that shakes the barley ("le vent qui secoue l'orge") est à l'origine celui d'une chanson traditionnelle irlandaise du XIXe siècle, dont les paroles ont été écrites par Robert Dwyer Joyce. Le film a pour thème la guerre d'indépendance irlandaise (1919-1921) et la guerre civile qui la suivit (1922-1923)

"Le Vent se lève" est une oeuvre émotionnellement et historiquement forte. Le film s'emploie à décrire de petites histoires dans la grande, afin de sensibiliser le spectateur à son propos, en ramenant ce dernier à hauteur d'homme. Concernant le sujet particulier de la Guerre d'Irlande, on avait déjà pu assister à d'intéressants exercices cinématographiques (notamment ces dernières années, avec Michael Collins). Mais ici, Ken Loach est allé au fond des choses. Structuré en deux parties (suivant l'histoire de l'indépendance irlandaise), son film bascule d'une ambiance guerrière traditionnelle et manichéenne (les "envahisseurs" anglais contre les "opprimés" irlandais) vers une ambiance tendue et ambigüe, où l'on n'est plus bien sûr de qui détient la bonne position. L'apogée émotionnelle est atteinte lors de la scène du déchirement final, où le constat est fait que nulle vie d'homme et aucune relation interpersonnelle, aussi intime et aussi forte soit elle, n'ont assez d'importance pour contrecarrer le cours de l'histoire, et surtout pour prendre le dessus, dans le coeur des hommes, sur le sens du dévouement à une cause qui les transcende. C'est là toute la tragédie de l'espèce humaine, qui doit parfois renoncer à son individualité pour pouvoir écrire son histoire.

 

 

 

 

synopsis :

 

Irlande, 1920. Des paysans s'unissent pour former une armée de volontaires contre les redoutables Black and Tans, troupes anglaises envoyées par bateaux entiers pour mater les velléités d'indépendance du peuple irlandais.
Par sens du devoir et amour de son pays, Damien abandonne sa jeune carrière de médecin et rejoint son frère Teddy dans le dangereux combat pour la liberté...

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans l'Irlande au cinéma
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 22:46

 Inis Meáin (en irlandais auparavant Inis Meadhóin, parfois Inishmaan en anglais) est une île d'Irlande située dans l'archipel des îles d'Aran au large de la côte ouest de l'Irlande. L'île est située dans le Comté de Galway et dans la province de Connacht.


Inis Meáin est plus tranquille car moins fréquentée par les touristes que ses deux voisines Inis Mor et Innis Orr. Par contre c'est une des plus importante zone de préservation de la langue et de la culture traditionnelle irlandaise. L'île reste un des plus forts fiefs de la langue irlandaise, parlée par tous les habitants. Inishmaan est desservi par des bateaux opérant depuis le port de  Ros a'Mhil sur le côte de Galway aussi bien que depuis les autres deux îles.

 

 

J07 FALAISE INISHMAAN

 

Falaises d'Innishman, Comté de Galway.

Photo l'irlandaise

 

Localisation des îles d'Aran :

 

Fichier:Aran Islands-3.PNG

 

 

Oileain Arann

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Geographie
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 13:44

                                                                         LE FOU

poème de Padraic Pearse, héros & poète irlandais , traduit par Jean-Pierre Le Mat

                                                                                     __________________    

  

Puisque les sages ne le disent pas, je le dis, je suis seulement un fou ;

Un fou épris de sa folie

Oui, plus que les sages ne le sont de leurs livres, de leurs comptoirs, de leurs maisons paisibles,

Ou de leur renommée dans la bouche des hommes ;

Un fou qui durant ses jours n'a jamais agi avec prudence,

Qui ne s'est jamais préoccupé du coût, ni de savoir si quelqu'un d'autre récoltait

Les fruits de ses puissantes semailles, se contentant de semer les graines ;

Un fou sans remords qui bientôt, quand tout finira,

Rira dans son cœur solitaire, quand les épis mûrs tomberont sous les faucilles

Et que le pauvre qui était affamé sera rassasié,

Alors que lui a faim.

  

J'ai gaspillé les années splendides que le Seigneur Dieu m'a donné, dans ma jeunesse

En tentant des choses impossibles. Je pensais qu'elles seules valaient la peine.

Etait-ce folie ou grâce ? Ce n'est pas les hommes qui me jugeront, mais Dieu.

 

4556197336_6a0bed4906_b.jpg

 

J'ai gaspillé les années splendides :

Seigneur, si de nouveau je les avais, je les gaspillerais de nouveau.

Allez, éloignez-les loin de moi !

Car j'ai entendu ceci dans mon cœur, qu'un homme doit dépenser et non pas amasser,

Il doit agir aujourd'hui et non penser au lendemain,

Il ne doit pas marchander ni discuter avec Dieu : ou était-ce une plaisanterie du Christ,

Et est-ce ma faute devant les hommes, de L'avoir pris au mot ?

 

Les juges se sont rassemblés, des hommes aux visages effilés et longs.

Ils ont dit, « Cet homme est un fou ». D'autres ont dit « Il blasphème ».

Les sages ont eu pitié du fou, qui a lutté pour donner vie

Dans le monde du temps et de l'espace, dans la masse des choses réelles,

A un rêve qui fut rêvé dans le cœur et que seul le cœur peut comprendre.

 

O, hommes sages, voici mon énigme : qu'adviendra-t-il si le rêve devient réalité ?

Qu'adviendra-t-il si le rêve devient réalité ?

Et si des millions à naître vivaient plus tard

Dans la maison que j'ai bâtie dans mon cœur, la noble maison de mes pensées ?

Seigneur, j'ai risqué mon âme, j'ai risqué la vie de mes proches

Sur la foi de ta terrible parole. Oublie mes faiblesses,

Mais souviens-toi de ma foi.

 

Et je déclare

Oui, avant que ma jeunesse folle ne passe, je parle à mon peuple et je lui dis :

Vous devez être aussi fou que moi ; vous devez semer et non pas engranger

Vous devez tout risquer, ou sinon vous perdrez ce qui vaut plus que tout ;

Vous devez réclamer un miracle et prendre le Christ au mot.

Et je répondrai de tout cela ; O mon peuple, j'en répondrai ici et dans l'au-delà.

O mon peuple que j'ai aimé, ne devons-nous pas en répondre ensemble ?

 

Padraic Pearse.

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Littérature
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 12:12

la licorne est une des 4 bêtes magiques celtiques du Moyen-Age. Elle est associée  à la fête du 1er février ( Sainte Brigitte ). La licorne est un quadrupède  constitué d'un corps de cehval ayant une longue corne droite de narval sur le front, une barbiche et les pieds fourchue comme une chèvre. Symbole de la pureté et par extension celui de l'amour sincère, de la chasteté, de la vertu, de la perfection. il est dit que nul ne peut s'emparer d'une licorne sans avoir une véritable passion pour la pureté. Sa corne est supposée avoir des proprietés miraculeuses et être le symbole de la force divine. De plus la licorne est réputée indomptable. Elle représente le nord et elle est donc aussi le symbole du royaume celtique le plus nordique : l'Ecosse. La licorne fait son apparition dans les armoiries royales du roi d'Ecosse Jacques 1er et devient l'animal royal ecossais en 1426.

 

celtic_unicorn_coverlet.jpg

 

On retrouve l'image de la licorne dans les contes bretons ou irlandais sous le nom de ' cheval de la mer'. ( en breton ' morvac'h). Le cheval marin  à cornes d'argent est supposé vivre près des marécages et des lacs  à proximité de la mer, il est le cheval de Dahud, princesse de la cité d'Iz qu'elle seule peut approcher et monter. La cité d'Iz est, dans les contes bretons, une cité engloutie.

En gaélique, la licorne se dit " aon-adharcach" ou "buabhall".

la licorne n'est pas un animal du bestiaire celtique, sa tradition existe depuis le 4ème siècle avant JC, lorsque la première licorne est décrite par Ctesias, un poète grec. Son symbole est ensuite repris en Perse puis devient un symbole indo-européen. Souvent cet animal est associé  à une femme, ou  à la femme sainte ( en pays celte, Sainte Brigitte ).

 

irish_unicorn_by_snofte-d2z25yi.jpg

Et voilà !  Une vraie licorne du connemara, preuve de leur existence :DD

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans mythologie celtique
commenter cet article
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 15:01

On pense parfois que les civilisations antiques se sont développées séparemment, ou successivement, et qu'en raison des difficultés de déplacement à distance,  à l'époque, il y avait peu de contact entre le Nord de l'hémisphère européen et l'Afrique ou même l'Asie. Il n'en est rien ! Les recherches récentes, dans le domaine de l'archéologie et de l'ethnologie prouvent que l'Irlande etait connue des Egyptiens et que les Celtes et l'Egypte Pharaonique eurent des liens très etroits avec les navigateurs et rois Celtes, bien avant que l'Empire romain ne domine de l'espace méditerranéen. Selon J. Hutchison Cockburn, ancien Evêque de la cathédrale de Dunblane en Ecosse :
 “les traditions, la culture religieuse et les formes de gouvernements connus dans les societé Celte avant l'Empire romain, viennent d'Egypte, d'Alexandrie de la Syrie et de la Palestine. L'apport de Rome, autant en Irlande qu'en Ecosse, a été
minime".



Dans la mythologie celtique, depuis l'âge de pierre, la colline de tara est le lieu où etaient désignés les rois d'Irlande.

L'archéologie permet  aussi d'observer que le travail de l'or et du métal sont des apports egyptiens rapportés sans doute par les navigateurs celtes dans leur propre tribu. Sur le site irlandais de la cour de Tara, ont été trouvés des faiences reconnues comme ayant été manufacturé en Egypte autour de 1500 avant Jésus-Christ. La forme des Torques irlandaises rappelle de toute evidence aussi le style egyptien.



Torque Celte -   attribut de guerriers- avec motif traditionnel du 1er siècle avant JC.

 Ptolémée, Mathématicien, astronome et géographe grec d'Alexandrie ( Haute -Egypte ), avait  dès le 2ème siècle avant JC, tracé une carte de l'Irlande.Il y indiqua notamment le lieu  d' Emain Macha, qui dans la mythologie celtique irlandaise, est le nom de la résidence du roi d’Ulster. Ce detail suggère que Ptolémée lui-même se rendit peut-être  sur l'île d'Emeraude
Enfin, le musée national de Dublin possède des colliers d'or largement répandus en méditerranée et eux aussi manufacturés en Egypte au 1er siècle avant Jesus Christ.

Fichier:Ptolemy 16century.jpg

gravure allemande du XVI ème siècle représentant Ptolémée

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans Histoire
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 15:04

Gens de Dublin ou Dublinois (Dubliners) est un recueil de nouvelles publiées en 1914 qui préfigure l'œuvre monumentale dans laquelle, bientôt exilé volontaire, James Joyce ne cessera jamais d'évoquer sa ville natale Dublin. Imprégnées tantôt de dérision, tantôt de sadisme latent, de brutalité ou d'humour, leur modernisme tient surtout au regard détaché, ironique.Grand admirateur de Joyce,  le realisateur américain John Huston projetait depuis 1956 d'adapter cette nouvelle qu'il decrit "comme un morceau de musique, avec des themes qui apparaissent et disparaissent a plusieurs reprises".que, parfois cruel, mais toujours implacablement lucide, que l'écrivain pose sur ses personnages.

 

Les-Gens-de-Dublin--1987-.jpg

 

 


 son  film est  achevé en 1987. Les Gens de Dublin (The Dead) est le dernier film tourné par John Huston en 1987, avant sa mort, dans lequel joue sa fille Anjelica Huston.


L'histoire se passe à Dublin, chez les vieilles demoiselles Morhan, en 1904. À l'issue d'une soirée de réveillon joyeuse et bien arrosée, Greta raconte à son mari, Gabriel, l'histoire d'un jeune homme passionnément amoureux d'elle et que l'amour a conduit à la mort. Bouleversé par cet aveu, Gabriel regarde par la fenêtre la neige recouvrir l'Irlande et tomber impassiblement sur les vivants et sur les morts.


Repost 0
Published by L'irlandaise - dans l'Irlande au cinéma
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 18:25

"L'enfant fou est l'enfant qui voit  à travers l'enfant le regard des enfants qui voient l'enfant fou"

 

(Anonyme)

 

child.jpg

 

Belfast, Irlande du nord, 1980.

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans citations et aphorismes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net