Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 09:28

"Tout esprit profond avance masqué"

 

F. Nietzsche

 

 

Halloween ou.....Samain ?  Dans la mythologie celtique irlandaise , Samain (le mot s'écrit Samhain en Irlande, Samhuinn en Ecosse et Sauin sur l'île de Man), est la fête religieuse  qui célèbre le début de la saison « sombre » de l’année celtique (pour les Celtes , l’année était composée de deux saisons : une saison sombre et une saison claire). C’est une fête de transition - le passage d’une année à l'autre - et d’ouverture vers l’Autre Monde, celui des dieux. Elle est mentionnée dans de nombreux récits épiques irlandais car, de par sa définition, elle est propice aux évènements magiques et mythiques. Son importance chez les Celtes est incontestable, puisqu’on la retrouve en Gaule  sous la mention Tri nox Samoni (les trois nuits de Samain), durant le mois de Samonios (approximativement le mois de novembre), sur le Calendrier de Coligny.

 

 

 

Le nom de Samain signifie « réunion », c’est une fête obligatoire de toute la societé celtiquequi donne lieu à des rites druidiques , des assemblées, des beuveries et des banquets rituels ; son caractère religieux la place sous l’autorité de la classe sacerdotale des druides et la présidence du roi, toute absence est punie de mort.  les trois classes de la société (sacerdotale, guerrière et artisanale) sont associées aux cérémonies. Cette assemblée religieuse et sociale a progressivement disparu avec la christianisation, mais reste attesté jusqu'au XIIème siècle dans la littérature médiévale irlandaise.

La notion de passage se retrouve aussi à ce moment, entre le monde des humains et l’Autre Monde résidence des dieux (le Sidh). On a relaté l’aventure de héros, ou d’hommes exceptionnels, qui se rendent dans le Sidh (généralement à l’invitation d’une Bandidh - ou Banshee en irlandais), et y passent quelques agréables heures. Le temps des dieux n’étant pas le même, leur séjour est, en fait, de plusieurs siècles et, quand ils reviennent chez eux, ils ne peuvent vivre puisqu’ils sont morts depuis longtemps.

 

Pour compléter cet article, voici un  lien en provenance du blog 'les buzz culturels', qui est celui d'un irlandais vivant au Québec. Les fêtes celtiques et leurs liens avec le rythme de la nature expliqué en détails. C'est ici, l'article est vraiment très complet :

  http://lesbuzzculturels.over-blog.com/article-cycle-des-saisons-62437668.html

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 18:49

Maud Gonne (1866-1953) est une comédienne, qui passa sa vie entre le théâtre, et la lutte pour la cause nationaliste irlandaise.

Maud GonneMaud Gonne nait le 21 décembre 1866 à Aldershot, en Angleterre. A l’âge de 6 ans, elle perd sa mère prématurément, et est alors envoyée à Paris, pour être élevée au sein d’un pensionnat pour jeune-fille. Maud Gonne mène donc son enfance à Paris jusqu’en 1882, puis retourne à Dublin auprès de son père. Ce n’est qu’à l’âge de 20 ans qu’elle décide de retourner en France, et qu’elle fait la connaissance de Lucien Millevoye, un journaliste français possédant des opinions politiques radicales.

Cette rencontre est décisive pour elle : Maud tombe amoureuse, et découvre la politique. Elle commence à s’entourer d’artistes, dont le poète W.B Yeats ( voir l'article L'Irlande romantique de W.B Yeats , sur ce blog) qui tombe d’ailleurs amoureux d’elle.

Entre temps, le père de Maud Gonne décède de la fièvre typhoïde, et lui lègue plus de 20 000 livres sterlings. Elle décide alors d’utiliser une partie de la somme pour s’installer en Irlande, dans le comté de Donegal , en 1890. Scandalisée par la politique d’expulsion des familles irlandaises en difficulté, Gonne se lance dans la lutte pour les classes défavorisées. Elle tente alors de sensibiliser l’opinion par la rédaction d’articles dans la presse, et s’emploie à trouver des fonds pour la construction de refuges.

Maud GonneSes actions dérangent alors le gouvernement, et Gonne, menacée d’arrestation, quitte l’Irlande pour la France. C’est à Paris qu’elle donne naissance à son premier enfant, Georges, fils de Lucien Millevoye. Au cours de son séjour, elle crée le journal « L’Irlande Libre », un mensuel militant pour la cause nationaliste irlandaise. Elle rompt par la suite avec Millevoye, et retourne en Irlande.

En 1891, le fils de Gonne décède des suites d’une méningite. Fort attristée, elle trouve le réconfort auprès de W.B Yeats, qui, toujours amoureux, s’emploie à lui faire oublier cette perte tragique. Pour se réconforter, Gonne utilise du chloroforme, tandis que Yeats lui fait découvrir l’occultisme. Tout deux forment alors un couple, qui donne naissance à une fille nommée Iseut. Le couple séjourne entre l’Irlande et Paris, où ils s’adonnent à de multiples activités de sensibilisation à la cause irlandaise.

Elle fait également la connaissance de James Connelly  avec qui elle rédige une analyse portant sur la pauvreté, la famine, ainsi que le droit à la propriété. Elle fonde également la même année un groupe féministe : les « Inghinidhe na hÉireann » (les femmes d’Erin). Cette association a plusieurs objectifs : elle milite en faveur des femmes, des pauvres, ainsi que pour la cause nationaliste. Elle fonde d’ailleurs quelques mois plus tard avec Yeats et Laddy Gregory, « l'abbey thatre», un théâtre dédié au mouvement littéraire « Irish Literary Revival ». Gonne y joue d’ailleurs quelques pièces écrites par Yeats.

Maud GonneContre toute attente, c’est en 1903 que Gonne rompt avec Yeats pour se marier avec John McBride, un militaire de l’Irish Brigade. Bien que leur mariage se solde rapidement par un divorce, Gonne accouche de Seán McBride, qui sera une fois adulte, le co-fondateur d’Amnesty International. Devant cet échec, Gonne retourne en Irlande, et poursuit sa lutte auprès  de la Comtesse Constance Markievicz .La Première Guerre Mondiale éclate : Gonne milite alors contre la circonscription des Irlandais dans l’armée britannique. Le 5 mai 1916, elle apprend l’exécution de son ex-mari, John McBride, suite à sa participation à l'insurrection de Paques. Le combat contre la circonscription lui vaut alors une arrestation : Gonne est emprisonnée 6 mois dans une prison de Londres. Dès sa sortie, elle crée avec Charlotte Despard une association destinée à défendre les droits des prisonniers républicains.

En 1938, elle rédige ses mémoires, connues sous le nom de « A Servant of the Queen » (Une servante de la Reine »), puis décède bien des années plus tard, le 27 avril 1953. Elle est enterrée au cimetière de Glasnevin à Dublin. 

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 11:05

The O2 (ou The O2) est un amphithéatre situé sur le quai de North Wall,  à Dublin, au bord de la liffey river. Cette salle de spectacle, une des plus grande d'europe avec une capacité de 14 000 places, a ouvert en 2008 sur le site d'un ancien entrepôt des Docks de Dublin, le " Point Depot'  ( ou Point theatre)  qui fut construit en 1878  à des fins industrielles :  Le Depot  était une gare de triage nécessaire  à l'activité portuaire d'alors mais qui  fut abandonné en friche industriel dans la seconde moitié du XXème siècle.

 

O2.jpg

 

La salle/arène du O2  à Dublin, North Wall Quay au bord de la LIFFEY, aujourd'hui. la structure en brique de l'ancienne gare de triage est encore visible.

 

16134.jpg


A partir des années 90, rénové et transformé en salle de spectacles et de sports couverte, Le "point depot' devint un site culturel légendaire des spectacles rock et de varieté crées ou promus en Irlande. Il fut "inauguré" par U2 qui y  tourna plusieurs séquences du film-documentaire " rattle & hum" et de leur clip " desire", en 1988. Le Point reçu ensuite  à plusieurs reprises les spectacles de l'Eurovision qui  se déroulèrent en Irlande  ainsi que de nombreux matchs de boxe. C'est aussi le lieu où fut joué pour la 1ère fois les deux plus grands spectacles de danse celtique crée en Irlande, Riverdance ( 1995) et Lord of the Dance ( 1996). La salle du Point Depot avait alors une capacité de 7000 places assises environs mais les éléments de sécurité pour le public ainsi que le confort n'était pas encore suffisant pour rivaliser avec les grandes salles d'Europe. le Point fut donc fermé en 2008 pour transformation complète et l'on y ajouta un bloc d'acier destiné  à élargir considérablement la salle initiale.


Les vastes espaces laissés en friche par les anciens docks ont été progressivement  dans les années 2000 emplis d'hotels et de centres commerciaux  mais un projet pharaonique est resté inachevé :  En 2008 fut envisagé la création d'un "point village"  autour de la salle de spectacle du O2. Celui ci qui contiendrait un centre commercial mais aussi un musée avec ciné 3D consacré  au groupe U2, le groupe rock natif de Dublin.La construction d'une tour  de 120 mètres, la "U2 tower" fut aussi envisagée. Tout ceci fut annulé  en raison de la recession économique ayant durement frappé l'Irlande et son " tigre celtique". En Novembre 2011 Les journaux irlandais annoncèrent  que neuf terrains appartenant aux docklands de Dublin avaient été transférés à la National Asset Management Agency pour régler la dette de 29 millions d'euros. Parmi ces terrains se trouve celui sur lequel aurait dû être construite la "U2 Tower"

 

En 2012, le O2 a toutefois été classé comme la deuxième salle de spectacle en Europe, en terme de vente de billets, juste derrière la 'wembley arena' de Londres et avant le Sport Paleis d'Anvers. Outre les concerts de rock ou spectacles et comédies musicale, l'arène accueille également de nombreuses manifestations sportives, en particulier de boxe et de football.

 

U2tower.jpg

Le projet abandonné en 2011 de la U2 Tower  à proximité du Point devait contenir un studio d'enregistrement et la tour de 120 m aurait été la plus haute d'Irlande.

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 15:06

Originellement, Altamont gardens, dans le comté de Carlow était supposé abriter un couvent bien qu'aucun registre ne puisse l'attester. La maison d'Altamont a été bâti sur un site datant du XVIème siècle ainsi qu'en atteste les fondations de granite et les murs épais. Le lieu a changé de nom au fil des siècles avant d'être acquis par le marquis de Sligo, Lord Altamont,  à la fin du XVIIIème siècle.

Le style de la maison fait référence  à l'époque Victorienne anglaise, dont il est inspiré. Attenant  à la maison, on peut voir les vestiges d'une ancienne chapelle. Mais l'aspect de l'arrière de la maison est sans doute la partie la plus spectaculaire et la plus...spectrale. Ne jurerait-on pas qu'il s'agit là d'une parfaite demeure pour un fantôme domestique ?

 

Carlow-Altamont-House-Back-Entrance.jpg


Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 11:23

...Noël en Irlande est une tradition séculaire qui célèbre  à la fois le solstice d'hiver cher aux Celtes, mais aussi, bien entendu, compte tenu de la forte religiosité de l'Irlande pendant des siècles, la naissance de Jésus Christ.

'Nollaig Shona Duit'



La veille et le jour de Noël, les irlandais se rendent volontiers au Pub, boire quelques pintes de Guinness en compagnie d'amis et de la famille. On y discute dans une ambiance agréable, entre adultes et enfants, on y regarde des matchs de hurling, tout en dégustant petits pâtés, bières et vins chauds pour se réchauffer de la rude nuit d'hiver du réveillon... Et le tout en musique bien sûr ! Des musiciens locaux se rasemblent dans les Pubs pour y interpréter des cantiques de noël et autres morceaux traditionnels irlandais, jusqu'à ce que l'horloge sonne l'heure de la messe. De nombreuses familles retournent alors en vitesse chez eux, pour laisser un bon verre de Whisky pour le père Noël, ainsi que quelques carottes crues à destination de ses rennes affamés.Puis les irlandais quittent leurs maisons en direction des églises, chapelles et cathédrales, pour assister à la messe. La cérémonie dure en moyenne une bonne heure et demie, et est l'occasion pour ses fidèles, de prier et d'honorer le Christ.

 



9104383-essay

Paysage d'Irlande du nord sous la neige.

Le lendemain, la famille offre des cadeaux aux enfants ainsi qu'aux proches pour leur témoigner leur affection... Vient ensuite le repas de Noël qui est souvent très copieux et qui ne se sert que tard dans l'après midi, aux alentour de 14h, après l'ouverture des cadeaux. Particulièrement riche, le repas de Noël irlandais se compose généralement de dinde, de bœuf épicé, et de jambon. Sans oublier les traditionnels desserts où l'on sert le célèbre "Plum Pudding" ainsi que des "Mince Pies" servis avec du rhum. Durant la dégustation du repas, les irlandais ont pour tradition d'allumer une bougie à la fenêtre de leur maison, en l'honneur de Marie et Joseph. La coutume voudrait d'ailleurs que ce soit l'individu le plus jeune de la maison qui allume la mèche de la bougie et que celle-ci ne soit plus tard éteinte que pas une personne répondant au nom de Mary.Le 26 décembre est également en Irlande un jour férié connu sous Stephen's day : cette journée permet de prolonger le plaisir en allant voir quelques courses de chevaux, prendre quelques paris, vider quelques verres dans les Pubs et écouter des cantiques chanter par des chœurs dans les rues.

 

christmas-dublin.jpg

 

Noël sur Grafton Street, Dublin.

 


Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 00:20

"Le temps était suspendu et Erin était la Déesse universelle... L'histoire était déjà écrite et chacun connaissait son rôle. Mais les anciens clans, assis sur des cercles de pierres entendirent des voix et le sommeil des esprits fut troublé."  ( lord of the dance entrance )

                                         _____________________

Les trois premiers spectacles originaux de musiques et danses irlandaises qui inspèrent ensuite de nombreux autres shows,  racontent tous, avec quelques variantes, l'histoire légendaire du peuple d'Irlande. Tous 3 sont nés dans les années 90. Au moment où l'Irlande s'ouvrait  à l'Union Européenne et commençait  à profiter du " miracle économique".


Le 1er grand spectacle de danse et musique irlandaise, mêlant claquettes et folklore fut Riverdance, crée en 1994 par  Michael Flatley et Moya Doherty lors de l'Eurovision de Dublin. Le choix de son titre, Riverdance est lié au fait qu'il fut crée  à l'embouchure de la Liffey river, à Dublin. Le show etait un entracte de 10 mns, mais il eut tellement de succès qu'il fut décidé d'en faire un show d'une heure trente mettant en valeur les différents aspects culturels de l'Irlande ( musique, chants, danses ).

                    


En depit d'un succès certain, Flatley, chorégraphe et danseur de Riverdance, désapprouve le style du spectacle et quitte la troupe de Riverdance en 1996 pour créer son propre show, Lord of the Dance. Celui-ci est présenté le 2 juillet 1996, au théâtre "The Point" à Dublin (Irlande). Ce spectacle se différencie de Riverdance par sa perte d'authenticité vis-à-vis des effets de scène, notamment en privilégiant la danse par rapport au chant mais il rencontre néanmoins un succés planétaire sans précédent. En 1997, le spectacle impressionne même le public de la cérémonie des Oscars. La tournée de la troupe prend fin à Londres, avec une adaptation grandiose de "Lord of the dance", "Feet of flames"  sur la 'route of the kings' dans Hyde Park, le 25 juillet 1998, pour ce qui fut et reste le plus grand "show" celtique de tous les temps.
            

 
                             
                                   


En 2006, il crée un troisième show " celtic tiger" qui présente en une vingtaine de tableaux de danse, l'histoire de l'Irlande depuis l'époque des vikings jusqu' à l'immigration aux Etats-Unis. Spectacle controversé car revendiquant une certaine identité irlandaise, et mêlant les danses traditionnelles irlandaises aux claquettes américaines popularisées dans les années 40 par les comédies musicales de James Cganey et Gene Kelly. Le spectacle n'en reste pas moins un divertissement atypique, rare, original, et évocateur des merveilles de l'Irlande au fil des siècles.

celtictig2
Finale de Celtic Tiger
photo l'irlandaise

Depuis Riverdance en 1994, et parallèlement  à la carrière de son principal danseur, resté le plus célèbre, une quinzaine de troupes de danse parcourent le monde dans les années 2000 et jusqu' à nos jours. Aux côtés de Riverdance et Lord of the dance, les 2 shows les plus médiatiques,  Celtic legends, Gaelforce, essence of Ireland, Irish celtic, font partie de ces spectacles modernes qui allient effets scéniques, pyrotechniques et légendes irlandaises. A côté des spectacles improvisés dans les pubs irlandais, la danse irlandaise est devenue un "business " capable de conquérir le monde, ce que continuent de regretter les puristes de cette forme artistique.

 

Repost 0
Published by l'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 14:29

"-Alors, me dit Finn,  avez-vous résolu l'énigme des irlandais ?

-Les irlandais sont des grilles de mots croisés non numérotées

-C'est vrai. Pas un d'entre nous ne sait qui il est et ne tient à le savoir. Nous sommes une énigme , logée dans une boîte, elle-même perdue dans un labyrinthe sans porte ni clé".

 

Ray Bradubry, la Baleine de Dublin.

 

3429578589 1d7da3d758 b

Un village inconnu, quelque part en Irlande...

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 18:56

 

La pierre Blarney est une pierre incrustée dans la tour du château de Blarney dans le village de Blarney, comté de Cork, en Irlande. Embrasser cette pierre est supposé donner le pouvoir de parler avec éloquence.
On ne connaît pas tout à fait l'origine de cette pierre magique, mais une légende dit, qu'une vieille femme a jeté un sort sur la pierre pour remercier un roi qu'il l'avait sauvée de la noyade.
Le roi qui avait de la difficulté à s'exprimer, devint un éloquent interlocuteur après avoir embrassé la pierretel que la vielle dame le lui avait promis.




Pour embrasser la pierre située au sommet de la tour du chateau de Blarney, il faut se contortionner, mais les effets sont tels que les irlandais ( et non les irlandaises ! ) sont considérés comme des " baratineurs", grâce  à cette pierre. Leur seul objectif :  seul objectif : séduire bien sûr !

 


n'ayez pas peur du vide!

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 01:00

 

"Lá Fhéile Pádraig Sona Duit*"

 

*Bonne fête de Saint Patrick  à tous !

 

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 17:46

Tout d’abord un pub se reconnaît de l’extérieur : il comporte bien souvent de jolies façades en bois peintes, vertes ou rouges, surmontées de grosses lettres  indiquant le nom du lieu. Un pub n’est pas un café, ni un bar, vous pourrez rarement déguster votre pinte en terrasse… encore moins votre café car tout simplement, dans un pub, on sert peu ou pas du tout de café ! Un pub c’est un lieu de rencontre, de vie, certes l’on y boit mais où l’on discute surtout, joue de la musique - les pubs ont souvent des sessions de musique folklorique en live le soir -, danse aux accords de cette même musique, lie connaissance, bref, un concentré de chaleur humaine sur terre ferme ! James Joyce aurait écrit toute son œuvre dans des pubs, c’est vous dire ! Laissez-vous entraîner par la bonhomie qui émane de ces pubs, les chants de marins, les rythmes celtiques accompagnés à la harpe (parfois) et au violon (toujours)…



Pub de Hilltown, Donegal, ireland
Photo l'Irlandaise


Difficile de le cacher :  la Guinness et le whiskey coulent bien à flot dans les pubs, au point que les Irlandais sont capables de s’enfiler jusqu’à dix pintes un samedi soir !  En parlant de Guinness, il y a l’art et la manière de la servir et il faut pour cela être patient. Tout d’abord, on remplira votre choppe au trois quarts et l’on attendra le changement de couleur du marron au noir pour compléter jusqu’au bout avec la mousse qui doit devenir dense et épaisse. Les Irlandais, pour ne jamais être à court du précieux breuvage ont parfois deux pintes à la main, pour remplir l’autre quand l’une se vide !

Attention : En raison de nouvelles réglementations anti-alcool, les pubs sont obligés de fermer aux alentours de minuit - une heure du matin.

Repost 0
Published by L'irlandaise - dans culture ( divers)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net