Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 15:40

Les Irlando-Américains (gaélique : Gaël-Mheiriceánach) sont des citoyens des États-Unis se réclamant d'ascendance irlandaise. Un total de 35 millions d’Américains (soit 12 % de la population totale) serait d’origine irlandaise. C'est la deuxième communauté d'origine européenne après les Germano-Américains.

Cette forte diaspora s’explique en partie par la "Grande famine" en Irlande  au XIXe siècle et a poussé un certain nombre de sa population à émigrer. Les catholiques irlandais ont émigré aux États-Unis dans un nombre modéré avant même la révolution américaine, certains en tant que domestiques ou à cause d'un exil pénal; leur nombre a beaucoup augmenté dans les années 1820, des migrants, pour la plupart des hommes, ont participés à la construction de canaux. Le grand projet Canal Erie est un exemple où les Irlandais étaient la majorité des travailleurs. Durant la guerre de Secession des années 1860 entre les Etats du Nord et du Sud des Etats-Unis, de nombreux irlandais fraîchement immigrés s'engagèrent aux côtés des troupes de l'armée du "nord", motivés par le fait que le Nord combattait l'esclavage, mais aussi parce que l'armée américaine leur offrait alors un salaire ( c'est d'ailleurs le sujet du film " gangs of New York", de M.Scorcese.)



Les Irlandais qui se sont installés aux Etats-Unis, et leurs descendants, ont beaucoup marqué l'histoire américaine. Près de la moitié des Présidents des États-Unis ont des ancêtres irlandais (les plus connus sont John F. Kennedy et Ronald Reagan). Il y a également plusieurs astronautes comme Neil Armstrong, le premier homme qui a marché sur la Lune. Henry Ford, le fondateur de Ford Motor Company, était le fils d'un immigré irlandais. On peut encore citer des criminels populaires comme Billy the Kid, des légendes du rock comme Jim Morrison et Kurt Cobain, et un grand nombre de stars du Cinéma comme John Wayne, Clint Eastwood, Harrison Ford, Robert De Niro, Kevin Costner, Mel Gibson, George Clooney, et Johnny Depp.


Jim Morrison, poète, chanteur, leader du groupe les Doors


" la floraison d'êtres divins
 dans l'air muet
paraitraît
étrange
à un individu hors du commun"


Jim Morrison, in La nuit américaine

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 22:32

Après 15 années de croissance rapide et vertigineuse, qualifiée de ' tigre celtique' et symbolisant le renouveau économique de l'Irlande, l'Eire et son gouvernement sont  à genoux, forcés d'accepter l'aide finiancère internationale. Celle de l'Union Européenne d'abord mais aussi du FMI ( fond monétaire international ) et enfin, comble de la honte, celle du voisin honni, le Royaume-uni.   

le tigre celtique dans une bien mauvaise situation...

 

Je ne prétend pas dans cet article entrer en détails dans la crise qui secoue l'Irlande ces derniers jours mais simplement faire un point sur le plan d'austérité décrété à Bruxelles en vue d'endiguer le pire marasme économique envisagé pour l'île verte. 

le plan d'austérité prévoit de renflouer l'économie irlandaise d'ici  à 2014  à hauteur de 15 milliards d'euros, ceci de façon à diviser par 10 le déficit public et faire passer celui-ci  à 3% du PIB en l'espace de 3 ans, alors qu'il est actuellement à 32%.

Parmi les économies prévues :

-2,8 milliards de déepnses sociales en moins en Irlande d'ici 2014

-Un salaire horaire minimum réduit de 12% à 7,65 euros (contre 8,65 euros aujourd'hui )

-le taux de TVA passerait de 21% à 22% en 2013 puis 23% en 2014

-le taux d'imposition des societés est toutefois maintenu  à 12,5% ( contrairement  à ce que souhaitaient l'Allemagne et la France )

 

dublin10.jpg

  les anciens dock de Dublin, sur la Liffey river, récemment réhabilités en centres commerciaux de prestige risquent bien de ne plus attirer les financiers du monde entier...

 

On comprend mieux ainsi que les irlandais soient dans la rue et manifestent ces jours derniers contre le gouvernement qui les a mis dans cette impasse. C'est toute l'économie qui est remise en cause, toute la prospérité qui  subi un coup d'arret brutal, et surtout, l'Irlande qui depuis le milieu des années 90 était devenue pour la première fois de son Histoire une terre d'immigration, redevient actuellement au grand dam des irlandais, un pays que l'on doit fuir, dont on doit émigrer, tout comme jadis au 19ème siècle lorsque les irlandais quittèrent massivement leur sol natal pour l'Angleterre ou les Etats-Unis.

Un retour en arrière ? sans doute pas complètement mais un vilain tour de manivelle et un cruel coup du sort pour un pays qui se croyait enfin, après bien des vicissitudes historiques, devenu l'égal des grands d'Europe...

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 13:46

800px-Tevennec.jpg

 

 

 

TEVENNEC (au large du Finistère) — Fui par ses gardiens, le mystérieux phare de Tévennec au nord du raz de Sein, est maudit selon une légende tenace. Mais une association de passionnés insensibles aux superstitions souhaite faire une résidence d'artistes de ce lieu isolé en pleine mer.

"Tévennec est unique et mystérieux, c'est sa position qui en fait un des hauts lieux de recueillement en mer", affirme Marc Pointud, l'enthousiate président de la Société nationale du patrimoine des phares et balises. L'association qui veut réhabiliter les 65 m2 du logement cherche un mécène pour financer le projet estimé à moins d'un million d'euros.

Construite sur un minuscule îlot où bouillonne le puissant courant du raz de Sein, la modeste bâtisse constituée d'un petit logement et d'une tour coiffée d'une lanterne, a des allures de chapelle délabrée, posée sur un rocher noir, où seule vit une colonie de farouches cormorans.

Le phare de Tévennec est damné, selon la légende. Ses gardiens, quand ils ne l'ont pas fui avant, y sont devenus fous ou ont péri de mort violente, ne cesse-t-on de raconter depuis l'automatisation du feu en 1910.

 

1329806_9864558-8phar-20110608-h101a.jpg


Depuis, les rumeurs les plus lugubres courent sur Tévennec, comme les appels "kerz kuit" ("va-t'en" en Breton) du revenant du premier gardien qui auraient rendu fous ses successeurs, affirme-t-on aujourd'hui encore à l'île de Sein voisine.Le mythe le plus sombre évoque un naufragé qui aurait trouvé refuge sur l'îlot, bien avant la construction de la maison-feu. Le marin y serait mort de faim malgré cris et gestes désespérés pour attirer les rares bateaux de passage.

La légende veut que son spectre hante le site, faisant entendre ses râles. Mais un plongeur a découvert un siphon, une roche creuse rendue bruyante par la marée qui y pénètre.

C'est en 1874 que l'administration des Phares et balises a édifié la maison-feu à quelques encablures du phare de La Vieille, un secteur semé d'écueuils terrifiants à fleur d'eau.

En 35 ans, vingt-trois gardiens dont quatre femmes se sont succédé dans les lieux jugés si inhospitaliers que certains ont demandé leur mutation quelques semaines après leur débarquement à l'exception, d'un qui a tenu 15 ans de 1881 à 1896, révèlent les archives des Phares et balises.

Cette rotation importante a renforcé la mauvaise réputation du lieu, et la légende sur la "damnation" de Tévennec n'a cessé d'enfler après le départ du dernier gardien et de sa famille en décembre 1910.Permissions et promotions, les Phares et balises ont pourtant tout tenté pour maintenir les gardiens dans la maison-feu jusqu'à y installer femme et enfants avant de se résoudre à automatiser la lanterne - une première en France - faute de candidat.

"Tévennec est fantastique et propice à la créativité", affirme Marc Pointud. Mais l'artiste candidat à l'isolement devra obligatoirement être membre de l'association et accompagné lors de son séjour dans le phare, avertit-il. Car les passionnés de la SNPPB restent prudents: il s'agit de prévenir tout "pétage de plomb" du créateur isolé.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 20:23

" Essayer. Rater. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux."

 

Samuel Beckett ( écrivain irlandais, 1906-1989)

 

 

 

Le Pont Samuel Beckett (en anglais Samuel Beckett Bridge) est un pont  à haubans  actuellement en construction à Dublin visant à relier Macken Street au sud de la rivièreLiffey, à Guild Street et North Wall Quay dans la zone des Dublin Docklands ( ancien espace portuaire de Dublin)

 

le 'samuel beckett bridge' surplombe la liffey river et les anciens docks de Dublin. Il a la forme d'une harpe celtique et son nom est un homage  à l'écrivain irlandais Samuel Beckett.

 

 

L'architecte du pont est Santiago Calatrava Valls auteur de nombreux ponts et bâtiments de conception originale. Ce sera le second pont conçu par Calatrava à Dublin, le premier étant le pont james joyce construit en amont.

 

Construit par la "Graham Hollandia Joint Venture", la section principale est supportée par 31 câbles d'acier par une hampe en arc tubulaire, avec un tablier prévu pour 4 bandes routières et deux passages pour piétons. Le pont sera également rotatif à un angle de 90 degrés, permettant le passage de navires sur la rivière, ce via un mécanisme situé au niveau du pilône. La forme du montant et ses câbles est une évocation d'une harpe celtique  couchée sur le côté. (La harpe celtique est l'un des symboles nationaux irlandais)

La structure d'acier fut construite à Rotterdam par l'entreprise Hollandia, une entreprise néerlandaise qui a également construit le London Eye. Le tablier métallique fut transporté de Krimpen aan den Ijssel le 3 Mai 2009 avec l'aide de l'entreprise spécialisée de transport ALE Heavylift. Le pont a été inauguré en Janvier 2010.

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 17:19

Dans le clair petit bar aux meubles bien cirés,
Nous avons longuement bu des boissons irlandaises ;
C'était intime et chaud sous les rideaux tirés.
Dehors le vent de mer faisait trembler les chaises.

On eût dit un fumoir de navire ou un train ;
J'avais le coeur serré comme quand on voyage ;
J'étais tout attendri, j'étais doux et lointain ;
J'étais comme un enfant plein d'angoisse et très sage.

Cependant, tout était si calme autour de nous !
Des gens, près du comptoir, faisaient des confidences.
Oh, comme on est petit, comme on est à genoux,
Certains soirs, vous sentant si près, ô flots immenses !

   Valery LARBAUD

 

 

              

                                                                          Pub  An drocead beag, péninsule de Dingle

Partager cet article
Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 00:00

Happy Saint patrick  à toutes &  à tous !!!!



Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 22:05

"Ireland, sir, for good or evil, is like no other place under heaven, and no man can touch its sod or breathe its air without becoming better or worse."

- George Bernard Shaw



'l'Irlande, monsieur,pour le bien et le mal, ne ressemble  à aucun autre endroit au monde, et aucun homme n'ayant foulé le sol , ou respiré l'air irlandais ne peut se prévaloir de ne pas être devenu ou meilleur, ou pire"
G.B Shaw

img90
pub du Donegal
photo Miss Hyde

petite musique d'ambiance préfigurant la saint patrick !

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 16:25

"La maison d'Irlande" C'est le titre d'une chanson de Gilles Servat, un chanteur breton, que je trouve appropriée  à ce patchwork de" maisons d'Irlande" un peu singulières croisées au long des chemins de mon périple en terre d'Erinn...








Photos Miss Hyde



Partager cet article
Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 17:08
"La danse est comme une sculpture fluide. Les corps en volutes autour du vide façonnent un ordre des formes. La légèreté et la sensualité investissent chaque geste et traversent le corps entier qui devient le témoin de vagues invisibles et sensuelles".


( John O'Donoghue - Anam mara, wisdom of the celtic world )

 



Spectacle Lord of the dance, Palais des congrès, Paris. Décembre 2005.
extrait de l'album photo "celtic dances" - colonne droite de ce blog -

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 17:05

Croke Park (en gaélique Páirc an Chrócaigh) est le principal stade et le domicile de la GAA (Gaelic Athletic Association), la plus grande organisation sportive de l’Irlande. Le stade était utilisé uniquement pour les sports gaéliques (football, hurling et Camogie). Il est également utilisé pour la première fois pour le rugby et le football.  Avec une capacité de 82 300 places assises, il est actuellement le plus grand stade de l'île d'Irlande.  U2 et Tina Turner s'y sont produit. Demain, l'équipe de France y rencontrera celle d'Irlande pour les éliminatoires du Mondial de foot.

Fichier:Croke Park from the hill.jpg



Mais ce stade est aussi un lieu historique.  À partir de 1913, la GAA devint le propriétaire du terrain et le baptisa Croke Park en l’honneur de l’archevêque Thomas Croke, un des premiers patrons de la GAA. Les décombres de l’insurrection de Pâques 1916 ont été utilisé pour construire un monticule et y installer dessus des tribunes permettant une meilleure vision des matches. Cette tribune, «Hill 16», existe toujours.

Le 20 novembre 1920, Croke Park fut le théâtre d’un massacre exécuté par les Auxillaries une division paramilitaire auxiliaire de la police britannique. Des soldats sont entrés dans le stade pendant un match de football entre Dublin et Tipperary et ont tiré dans la foule, tuant 14 personnes (13 spectateurs et un joueur). En 1924 une tribune a été baptisée en souvenir de Michael Hogan capitaine de Tipperary, mort ce jour là. Ces évènements, connus sous le nom de Bloody Sunday (à ne pas confondre avec celui d'Irlande du Nord en 1972) furent en fait des représailles à l'assassinat de 12 agents des services secrets anglais perpétrés par les hommes de Michael Collins.

Il existe en Irlande un grand débat autour de l’utilisation de Croke Park. Comme il appartient à la GAA, il n’est utilisé que pour les sports gaéliques. Les autres sports en sont strictement exclus. Une règle interne à l’organisation excluait jusque dans les années 1970 le football, le rugby et le cricket. La GAA a ensuite assoupli cette règle mais garde l’exclusivité de la gestion du stade et donc des sports qu’on y pratique. En 2005, la GAA a autorisé exceptionnellement la pratique (pour les matches internationaux uniquement) du football et du rugby, ces deux sports se trouvant sans stade à cause de la rénovation de Lansdowne Road. Le premier match de rugby à s'être déroulé dans ce stade est un match du Tournoi des six nations opposant l'Irlande à la France, victoire de la France 20-17 le 11 février 2007.



Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net