Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 11:08

Véronica Guerin est un film américain de Joel Schumacher ( 2003 ) avec Cate Blanchett dans le rôle de la journaliste irlandaise Veronica Guerin. Ce film relate l'histoire vraie d'une journaliste assassinée en 1996  en Irlande pour avoir voulu dénoncer les activités des trafiquants de drogues dans les colonnes de son journal, le Sunday independant de Dublin.. Son action, son combat et ses articles de journaux lui valurent une célébrité importante en Irlande et contribuèrent, après son assassinat,  à faire modifier la loi irlandaise par le Parlement, de façon  à ce que les biens des trafiquants puissent être saisis par l'Etat. Ce qui,avant 1996 n'était pas possible, renforçant ainsi la criminalité dans le pays tout entier.

 

 

veronica_guerin-1.jpg

 

 Je ne saurais que conseiller  à quiconque s'intéresse  à l'Histoire de l'Irlande contemporaine de visionner ce  film entièrement tourné en Irlande qui montre bien le difficile passage de ce pays à la modernité dans les années 90. En 1996, alors que l'Irlande commence  à  ressentir les frémissements de son décollage économique, le pays demeure encore un lieu de non droit où le blanchiment d'argent et les trafics de drogue, faute de législation adéquate ne sont pas réprimés par la police. C'est dans ce contexte complexe d'une réalité irlandaise dramatique  que s'inscrit ce film. Sans effet de style excessif  Joel Schumacher et Cate Blanchett font une éloquente démonstration de ce qu'est la notion de dignité,  d'engagement et du combat pour les idéaux, au cinéma comme dans la vie réelle.

 

Synopsis:

 

Au milieu des années 90, Dublin est le terrain d'une guerre sans merci entre les barons de la drogue qui s'arrachent le contrôle de la ville. Leur plus farouche adversaire est Veronica Guerin, une courageuse journaliste qui dénonce leurs pratiques.
En révélant de nombreuses affaires et le nom des personnes impliquées, celle-ci met sa famille en danger. Ecartelée entre son angoisse de mère de famille et son sens du devoir professionnel, elle devient une héroïne nationale aimée et admirée du peuple irlandais.
Chaque tentative d'assassinat à son égard ajoute à sa légende... jusqu'à sa mort en 1996. Son décès provoquera une révision brutale des lois de son pays et conduira à l'arrestation des plus grands criminels.

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 22:31

 

 

 

 

515-R6Kul9L.jpg

 

 

Lorsqu'un ministre britannique est sauvagement assassiné par un membre de l'IRA, le ministère de la défense décide alors d'envyer le capitaine Harry Brown dans le quartier de Falls Road à Belfast, bien connu pour ses activités pro-républicaines. Sa mission est d'infiltrer la population locale, découvrir l'identité de l'assassin et de l'éliminer dans son propre quartier. Mais l'IRA réalise qu'un espion s'est glissé dans ses rangs et ordonne à ce même assassin, Billy Downes, de traquer Harry. La situation se transforme alors en un jeu mortel du chat et de la souris où le moindre faux pas mène à la mort.

Après un certain doute sur le bien fondé de l'histoire (le parti n'est-il pas pris, plus du côté anglais, que du côté irlandais?!?), on s'aperçoit, au fil de l'histoire, et arrivé sur la fin, que tout ceci n'est qu'un réquisitoire contre l'absurdité de la guerre, quelque soit la taille ou l'enjeu. Suite à un imbroglio généré par plusieurs pouvoirs en place, qui cherchent à capturer le tueur pour son propre compte, le final ira plus loin que ne pouvait laisser espérer le scénario, et au final, personne n'en sortira indemne ; nous prouvant une fois de plus, que ce conflit encore récent, aura apporté plus de morts que de solutions à des problèmes politico-économiques.

Pour conclure, passé la qualité du support ( le film est un téléfilm de 1982 et la qualité s'en ressent sur cette copie ) ce film à la limite parfois du documentaire restitue l'ambiance  d'un conflit dont le feu reste couvert encore actuellement...

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 08:41

"Chaque gouvernement  a un agenda caché ( hidden agenda), mais le meurtre, la torture et la corruption ne peuvent jamais être enterrés"


Hidden Agenda
est un film britannique réalisé par Ken Loach, sorti en 1990.


Synopsis
Une équipe de la Ligue internationale pour les droits civils arrive à Belfast lors d'une crise entre l'Irlande et la Grande-Bretagne. Son leader américain y est abattu par des policiers alors qu'il était en compagnie d'un militant de l'IRA. Un policier britannique enquête. Le chef de la police locale se méfie de lui. Un complot est progressivement révélé, mettant en cause 6 hauts personnages de l'état britannique non seulement impliqués dans cette affaire mais aussi dans la déstabilisation du précédent gouvernement travailliste avant l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher.


Anecdotes

Le film s'inspire de faits réels, transcrits dans le rapport "John Stalker" sur l'Irlande du Nord, et dénonçant l'attitude du gouvernement britannique. Il a d'ailleurs déclenché un véritable scandale médiatique en Angleterre.

Le film vacille entre fiction et documentaire. Loach a voulu comme souvent dans ses réalisations pousser le réalisme à l’extrême. Au cours d'une scène vers la fin du film, un ex-agent du MI-5 britannique possédant une cassette audio qui incrimine le gouvernement britannique est kidnappé par un escadron d’agents secrets et embarqué dans une camionnette sur le pont O'Connell, dans le centre de Dublin. Loach a filmé la scène avec une caméra cachée et sans prévenir les passants qu'ils ont participé au tournage du film.



chanson "militante" & extrait du film :

Troughout these days
Why my country was divided
Why I was on jail
Imprisoned without crime or without trial
Partager cet article
Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 09:18

'the boxer' est un film de Jim Sheridan, réalisé en 1998 avec Daniel Day-Lewis.

A 18 ans, le boxeur Danny Flynn avait l'étoffe d'un champion. Entré dans les rangs de l'IRA ( fraction armée favorable  à l'indépendance irlandaise des Etats du Nord ), condamné à 14 ans de prison pour un attentat qu'il n'avait pas commis, Danny garda le silence. Enfin libre, après avoir perdu Maggie, sa fiancée à laquelle il avait rendu sa liberté, il retrouve son ancien quartier dévasté par la guerre. Il rouvre son ancien gymnase, secondé par son entraîneur. Il retrouve également Maggie, qui, épouse de détenu, fille d'un dirigeant de l'IRA, doit observer un comportement exemplaire sous peine d'être accusée de traîtrise. Danny poursuit son entraînement et tente à sa façon de lutter pour la réconciliation des communautés. Un attentat remet en cause la trève conclue. Après un match, à Londres, au cours duquel Danny renonce à la victoire, il choisit de rentrer à Belfast pour lutter jusqu'au bout contre la violence.



Jim Sheridan est un réalisateur, scénariste et producteur irlandais.

Celui-ci a la particularité d’avoir réalisé peu de films mais acclamés par la profession.

Né et élevé en Irlande, Jim Sheridan s’envole vers les Etats-Unis dès 1982 où il va diriger un centre d’art irlandais.

En 1989, Sheridan débute sa filmographie avec un sujet fort : My Left Foot suit la vie du peintre irlandais Christy Brown, atteint d’une paralysie cérébrale. Daniel Day-Lewis incarne le fameux peintre. Le film est un succès et est nommé 5 fois aux Oscars –  et remporte l’Ours d’or à Berlin.

A peine un an plus tard, Jim Sheridan vient présenter son nouveau film, The field qui suit le combat d’un fermier contre un promoteur. Le film permet à Richard Harris d’être nommé aux Oscars et, une fois de plus, le film est un succès.

Le réalisateur retrouve Daniel Day-Lewis pour Au nom du père , un drame dans lequel un jeune Irlandais est arrêté et accusé de terrorisme. Le film est un succès, est nommé 7 fois aux Oscars mais revient bredouille.

La troisième collaboration entre Daniel Day Lewis et le réalisateur Jim Sheridan se poursuit sur The Boxer (1998), un drame sur la vie d’un boxer déchu sur fond de conflit avec l’IRA. Le film apporte son lot de nominations (Golden Globes) sans recevoir de prix.

En 2002, il réalise son 5e long-métrage,In America , inspiré de sa propre vie : une famille quitte Belfast et arrive illégalement aux Etats-Unis.

En 2010, Jim Sheridan sort un nouveau drame, Brothers , dans lequel une femme est tiraillée entre deux frères sur fond de guerre en Afghanistan.


 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 18:59

Les Cendres d'Angela, le film réalisé en 2000 par Alan Parker est adapté du roman homonyme de Frank McCourt, lauréat du Prix Pulitzer dans la catégorie "Documents" en 1997. Traduit en 25 langues dans une trentaine de pays, le roman s'est vendu à plus de 6 millions d'exemplaires dans le monde.

 

les_cendres_d_angela_angela_s_ashes_1999_reference.jpg

 

Synopsis :


En 1935, les familles irlandaises quittaient plus leur pays pour l'Amérique que l'inverse. C'est pourtant cette voie inhabituelle qu'empruntent les McCourt après la mort brutale de leur fille a l'âge de sept semaines. Angela, la mère, et son mari alcoolique et chômeur, Malachy Senior, quittent le port de New York pour Cork avec leurs quatre fils Frank, Malachy Junior et les jumeaux Eugene et Oliver. Un accueil glacial leur est reservé a Limerick par la famille catholique d'Angela. Le père n'arrive pas à trouver de travail. Les jumeaux meurent de malnutrition...

 

Analyse :


une histoire à la Dickens, pleine de pleurs et de malheurs, traitée avec beaucoup d'académisme par Alan Parker qui nous avait habitués à plus d'audace. Le casting du film est plutôt attirant et bien dirigé ( Robert Carlyle et Emily Watson ), le film est un peu long ( 2h20) et c'est peut -être létirement du resgistre émotionnel, associé  à une insistance lourde sur la pauvreté que l'on peut regretter de la part d'un réalisateur pourtant souvent très inspiré par l'Irlande, avec , notamment son génial film sur  les commitments, la Soul de Dublin .  On peut tout de même apprécier la qualité de certaines scènes notamment celles de la fin du film, et surtout  l'exactitude de la reproduction des quartiers pauvres irlandais de Limerick . A voir, ou revoir donc comme un documentaire sur les heures sombres de l'Irlande du début du XXème siècle, décidemment un  univers impitoyable.

 

Bande-annonce en VF :

 

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 00:05

"Ce que la societé doit empêcher, c'est de laisser de jeunes gens entrer dans un groupe terroriste avec la certitude qu'il faut tuer un homme parce que c'est la seule chose utile qu'il puisse faire pour la cause qu'il défend."

 

Liam Neeson, 5 mns of Heaven

 

 

Five Minutes of Heaven (traduction littérale : Cinq minutes de paradis) est un film réalisé par Oliver Hirschbiegel sorti en 2009. Le film conte l'histoire de deux hommes brisés par la violence qui contamine l'Irlande du Nord de la fin des années soixante jusqu'au processus de paix en 1998, et comment ils essaient de s'entendre sur les retombées de ces évènements.

 

 

 

Au début des années 70, Alistair Little, 16 ans, membre de l'UVF ( les forces volontaires de l'Ulster ) exécute le frère ainé de Joe Griffen, membre présumé de l'IRA ( catholique ), alors âgé de 17 ans. 30 ans plus tard, Little, libéré après 12 ans de prison, est  convié  à une émission de TV réalité sur la réconciliation entre catholiques et protestants d'Irlande du nord  à laquelle participe Joe mais l'émission va seulement contribuer  à mettre  à jour les blessures profondes de l'Irlande à travers l'inévitable confrontation des deux hommes.

 

Trailer du film :

 

 

 

Liam Neeson et James Nesbitt, principaux acteurs du film, sont excellents en irlandais traumatisés par leur passé. Sur la forme "Five minutes" est minimaliste et austère. Sur le fond, le film est intelligent et se démarque par son sens de la nuance. L'intêret du film réside en particulier dans une mise en abîme : l'ancien meurtrier bourgeois et repenti, porteur désespéré de sa culpabilité  et  le prolétaire victime mais  cynique enfermé dans sa logique de vengeance.

 Primé en 2009 au festival de Sundance pour le meilleur Scénario, 5 minutes of Heaven rend finalement palpable le peu de différence qui existait entre les deux populations s'affrontant en Irlande du Nord et combien il est, en dépit des accords de paix, difficiles d'enterrer le passé....En outre, le film évoque clairement l'impact du terrorisme sur une population jeune et en plein désarroi, bien loin du discours des politiciens.

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 21:45

On oublie parfois que l'Irlande n'est pas juste le pays de la guinness et des luttes  nord/sud mais aussi un pays jeune par sa population ( le taux de natalité le plus élevé d'Europe, juste derrière...la France )

 

 

la voie de la jeunesse, c'est exactement celle choisie par ' All good children' , premier film de la réalisatrice Alicia Duffy, faisant partie de la sélection cinéma de la quinzaine des réalisateurs de Cannes en Mai 2010. Portrait d'adolescents légèrement paumés, le film est à la fois lumineux et sombre, aérien et tragique. Dara et Eoin viennent de perdre leur mère et sont envoyés chez leur tante, au nord de la France. Ils font alors la connaissance de la bien nommée Bella, jeune fille rousse et diaphane, qui devient absolument fascinante pour les deux garçons. Entre triangle amoureux inavoué et quête de repères et de limites, ces jeunes gens gambadent innocemment dans la forêt avant de repeindre les murs de la maison familiale de "FUCK". S'accrochant aux regards, la réalisatrice capte cet âge transitoire, où l'on se sent fort et vulnérable à la fois, innocent et coupable car inconscient de la conséquence de ses actes. Une approche naturaliste et ethérée pour un nouveau visage dans le paysage irlandais.

 

Un ( trop )  court extrait disponible ici :

 

 

Interview de la réalisatrice, en anglais, ici :

  http://player.vimeo.com/video/11879519?byline=0&portrait=0&color=91a400

  

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 18:37

Michael Collins est un film américain, britannique, irlandais de Neil Jordan, sorti en 1996. Le film raconte l'épopée de la lutte pour l'indépendance de l'Irlande au début du siècle.



Synopsis :

La puissante Angleterre a toujours connu la contestation de la part de sa plus proche colonie, l'Irlande. Pendant 700 ans, les révoltes ont été jugulées. Mais en 1916, une rébellion éclate à Dublin, qui changera le cours de l'histoire. Cette rébellion dite Insurrection de Pâques 1916 échouera dans le sang, mais un jeune homme qui y participa décida qu'elle était le dernier échec des Volontaires irlandais. L'artisan de cette révolte, un homme de l'ombre voué à son pays, s'appelait Michael Collins.


Lion d'or à Venise, "Michael Collins" vaut surtout par l'énergie formidable que met Neil Jordan pour réaliser son film. Bâtie autour d'un scénario solide, l'histoire de ce résistant irlandais offre à Liam Neeson un de ses plus beaux rôles. L'acteur insuffle au film un punch qui ne retombe jamais. Un très bon film Biopic réussi grace un scènario palpitant, très inspiré de l'histoire vraie qui rend le film fortement intéressant d'un point de vue historique. L'heroisation de Michael Collins se fait forcément au détriment de celui qui est devenu son ennemi, De Valera, qui reste pour les irlandais autant apprécié que détesté ( rappelons que de Valera, qui après l'assassinat de Collins devient une figure omniprésente de la politique irlandaise alla jusqu' à présenter , en 1945, ses condoléances  à l'ambassadeur d'Allemagne en poste à Dublin, suite au décès d'Adolph Hitler. Précision ( aussi ) : l'Irlande resta neutre pendant la 2ème guerre mondiale, bien que de nombreux irlandais rejoignirent les troupes britanniques via l'Irlande du nord, sur la base de l'engagement volontaire.

 

Trailer du film :

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 14:17

Brendan et le livre de kells est un film d'animation irlandais réalisé par Tomm Moore en 2009. Le très enchanteur scénario de 'Brendan' reprend une grande partie des éléments du folklore irlandais du Moyen -age, en particulier ceux ayant trait à l'élaboration du célèbre the book of Kells sur lequel j'avais rédigé un article il y a quelque temps. ( suivre le lien en cliquant sur les mots  pour lire cet article ).

 

 

 Résumé :

 

L'action de Brendan and the secret of kells ( en version originale ) se situe en Irlande au 9ème siècle, dans l'abbaye fortifiée de Kells, que vit Brendan, un jeune moine de douze ans.

Avec les autres frères, Brendan aide à la construction d'une enceinte pour protéger l'abbaye des assauts réguliers des vikings. Sa rencontre avec Frère Aidan, célèbre maître enlumineur et "gardien" d'un Livre d'enluminures fabuleux mais inachevé, va l'entraîner dans de fantastiques aventures. Aidan va initier Brendan à l'art de l'enluminure pour lequel le jeune garçon révélera un talent prodigieux. Pour finir le livre et défiant ses propres peurs, Brendan sortira de l'abbaye pour la première fois et entrera dans la forêt enchantée où de dangereuses créatures mythiques se cachent et l'attendent. C'est là qu'il va rencontrer Aisling, la jeune enfant loup qui l'aidera tout au long de son chemin.
Brendan va-t-il réussir sa mission malgré les hordes de vikings qui se rapprochent ? Pourra t-il prouver que l'art est la meilleure fortification contre les barbares ?

 

 

La bande annonce du film en français :

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 16:23

Ordinary decent criminal est un film américain réalisé par Thaddeus O sullivan, sorti en 2000, remake du film irlandais de 1998 intitulé le général (The General) réalisé par John  Boorman avec Kevin Spacey dans le role principal.





Michael Lynch, un père de famille respectable, défend depuis toujours ses convictions contre les autorités. Escroc et cambrioleur hors-pair, il mène avec sa bande de truands une existence au-dessus des lois dans la banlieue de Dublin. Michael ne perd pas une occasion de ridiculiser les policiers à sa poursuite. Cependant son goût pour ses pratiques et pour les sommes d'argent qui en résultent vont le hisser au sommet du grand banditisme, où il risque gros.



Une des scènes amusantes du film, clin d'oeil  à la National Gallery de Dublin, est le vol du célèbre tableau du carravagio qui s'y trouve réelement exposé : l'arrestation du Christ.

Ordinary Decent Criminal
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net