Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 11:34

C'est une chanson de Chris Rea, chanteur d'origine italo-irlandaise et ce titre, la recherche de l'été, semble s'appliquer  à merveille  à ces arbres figés par le froid mais tendus vers le ciel et les avions qui y passent...



Look deep inside the april face
A change is clearly taking place
Looking for the summer

The eyes take on a certain gaze
And leave behind the springtime days
Go looking for the summer

This ain't no game of kiss and tell
The implications how you know so well
Go looking for the summer

The time has come and they must go
To play the passion out that haunts you so
Looking for the summer

Remember love how it was the same
We scratched and hurt each others growing pains
We were looking for the summer

And still I stand this very day
With a burning wish to fly away
I'm still looking, looking for the summer 


photo Miss Hyde

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 22:40

'L'homme qui n'a pas de musique en lui
et qui n'est pas touché par la concorde des doux sons
est prêt aux trahisons, aux stratagèmes, et aux pillages
La marche de son esprit est ténèbreuse comme la nuit
et ses désirs sombres comme l'Erèbe
Méfions-nous d'un tel homme...écoutons la musique
."

William Shakespeare,
Le marchand de Venise, acte V scène 1.




                                                         







Partager cet article
Repost0
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 17:20

La viole celtique ou comment la musique traditionnelle devient tout à coup classique!

C'est la première fois que J.Savall, musicien espagnol de formation classique, enregistre ce répertoire traditionnel (en remplaçant le violon par la viole baroque). Grâce à ses recherches approfondies dans des manuscrits originaux, Jordi Savall dévoile les beautés cachées de la musique irlandaise et écossaise du XVIIème au XIXème siècle. Je vous recommande chaudement ce disque qui est un voyage auditif de toute beauté  à travers le temps et un espace sonore nouveau entre le classique et le celtique. pour mémoire Jordi Savall avait aussi signé en 1991 la Bande originale du film " tous les matins du monde" d'Alain Corneau.



Le très beau son et la qualité de jeu de Jordi Savall ainsi que le choix de la harpe celtique en accompagnement réjouiront plus d'un mélomane . The musical priest , Humours of Scariff , O Dowd's, The Gander in the patrie hole,  sont des airs traditionnels irlandais très connus et habituellement joués de manière plus enlevée mais si l'on préfère ce jeu "rigoureux" à la sempiternelle ambiance des pubs alors Jordi Savall devrait trouver le chemin du coeur des amoureux de la musique celtique.



Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 10:24

Rua vient de l'irlandais " red hair" ( cheveux roux ) et dans les anciens mythes irlandais ce signe symbolise la force, la passion et la ténacité. Rua est un duo de jeunes irlandaises rousses, Liz Madden et Gloria Mullhall, toutes deux de formation classique ( violon, piano, harpe et voix ) composent arrangent produisent et interprètent leurs chansons. Elles aiment aussi redécouvrir le répertoire ancien irlandais et l'adapter  à leur façon.
Gloria s'est produite aux côtés d'artistes comme Phil Coulter, The Corrs, Sarah Brightmann et Daniel O' Donell. Quant à Liz, elle a travaillé auprès d'artistes tels que Hazel O Conner ou The Troggs. Leur premier album éponyme, sorti en 2001 se classe parmi les meilleures ventes en Irlande et en Angleterre au moment de la sortie du single " that kiss".

Depuis elles ont sorti 3 autres albums, dont un en hommage à l'Irlande intitulé 'I am of ireland', que je suis en train d'écouter tout en rédigeant cet article.pour en savoir plus et surtout écouter leur musique, voici leur myspace :


http://www.myspace.com/ruaworld


et voici Lizz Madden en solo :
 



Partager cet article
Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:01

...Quel titre plus approprié pour célèbrer le nouvel an 2010 que celui de New year's day, du  groupe irlandais U2  ?

File:U2nyd france.jpg

New Year's Day est une chanson paru sur l'album War et sorti  en 1983. Il s'agit de la chanson la plus connue de l'album avec Sunday Bloody Sunday. "sunday bloody sunday' faisait référence à la guerre civile en Irlande du Nord, tandis que le texte de New year's day a donné lieu à controverses : On le dit avoir été inspiré  par le mouvement polonais Solidarnosc, crée par Lech Walesa. Toutefois  à la lecture des paroles, certains critiques ont estimé que ces mots pouvaient aussi être ceux d'un soldat  bloqué sur une ligne de front, ou dans les tranchées, et écrivant  à sa femme pour le jour de l'an et ceci  à l'occasion de n'importe quelle guerre.

Quoiqu'il en soit, de 1983  à  2010, certaines paroles résonnent encore de façon identique : 
"Rien ne change le jour de l'an et on nous raconte que ceci est l'âge d'or"...


New Year's Day (Jour De L'An)





Tout est calme le Jour de l'An
Un monde en blanc est en route
Je veux être avec toi, être avec toi
Nuit et jour
Rien ne change le Jour de l'An
Le Jour de l'An

 Sous un ciel rouge sang
Une foule s'est rassemblée en noir et blanc
Bras entrelacés, des hommes d'exception
Le journal dit, dit
Dit que c'est vrai, c'est vrai...
Et nous pouvons nous frayer un chemin
Bien que déchirés
Nous pouvons être unis
 
Je... je recommencerai
Je... je recommencerai
 
Oh, oh. Oh, oh. Oh, oh
Oh, peut-être que le temps est venu
Oh, peut-être ce soir
Je serai à nouveau avec toi
Je serai à nouveau avec toi
 
Et on nous raconte que ceci est l'âge d'or
Et l'or est la raison des guerres que nous menons
Cependant je veux être avec toi
Etre avec toi nuit et jour
Rien ne change
Le Jour de l'An

( Bono - The Edge)
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 18:40

Sting, ex chanteur de Police, réalise cet hiver une étonnante performance :  visiter ici le folklore européen, du pays basque  à l'irlande, dans un album magnifié par  les mélodies de Purcell, Schubert et Bach. Accompagnés de musiciens exceptionnels tels le violoncelliste Vincent Ségal, le guitariste Dominic Miller et la violoniste Kathryn Tickell, il livre un opus inclassable, étrange, hors du temps où le jeu des musiciens semble tisser une toile organique autour de sa voix parfois presque méconnaissable. Dès le premier titre, «Gabriel’s Message», un chant de Noël basque du XIVème siècle, Sting crée l'atmosphère d'un conte hivernal et l'on y entend presque souffler un vent glacial  dans son interprétation de Purcell (Cold Song), la chanson suivante, « Soul Cake », est une chanson d’halloween. Au final, le choix du mélange des musiciens rock, jazz, folkloriques et classiques permet de façon surprenante la création de cette musique presque visuelle. 




 Il y a une cohérence malgré la diversité des influences et le fait que l'album soit uniquement composé de reprises,  à une exception près : « Lullaby for an anxious child » (Berceuse pour un enfant inquiet)  co-écrite par Sting et Dominic Miller.  « Let me soothe the shining tears that gather in your eyes » (Permets-moi de calmer les larmes brillantes qui perlent dans tes yeux) est surement l'une des phrases les plus explicites sur les intentions de cet album intimiste et pudique sur les fractures de l'enfance, celles que ne guérissent que le froid et la neige.

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 16:11

Planxty est un groupe composé de 4 musiciens irlandais qui marqua la musique irlandaise des années 1970, et contribua au renouveau de la musique folk en Irlande mais aussi un peu partout en Europe.




 Le nom de  « Planxty » viendrait d'une déformation du mot irlandais signifiant « À la santé » (« sláinte »). D'autres sources indiquent que le mot viendrait en fait du latin « plangere », qu'on traduit par frapper ou battre. Le groupe est composé de 4 musiciens. Christy Moore, le fondateur du groupe : voix, guitare acoustique, bodhran. Dónal Lunny : bouzouki, guitare. Andy Irvine : mandoline, mandole, bouzouki, vielle, harmonica. Liam O'Flynn : cornemuse irlandaise, flûte irlandaise.


Leur rencontre en 1969, dans le comté de Kildare, et l'album Prosperous, en 1972 qui marqua leur premier succés commercial,  entraîna une véritable révolution dans la musique irlandaise des années 1970. Ils allièrent des instruments d'origines aussi diverses que la flûte irlandaise, la cornemuse irlandaise, le bouzouki, le bodhrán (tambourin celte), la vielle à roue, au service d'une musique traditionnelle revigorée par des guitares sèches.


Discographie :
  • 1972 : Prosperous
  • 1973 : Planxty
  • 1973 : The well below the valley
  • 1974 : Cold blow and the rainy night
  • 1976 : The Planxty Collection
  • 1979 : After the break
  • 1980 : The woman I loved so well
  • 1983 : Words & music
  • 2004 : Live 2004
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 17:15
Hommage  à un chanteur anglais d'origine irlandaise, Morrissey. Cette chanson particulièrement me plaît, elle est tirée de l'album " you are the quarry" et il s'agit du titre " never played symphonies"


"Black sky in the daytime
And I don't much mind dying
When there is nothing left
To care for
Anymore
Just the never laid 
the never-played
Symphonies"






Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 18:05

Perry Rose est un auteur-compositeur-interprète belgo-irlandais qui est actif en Belgique, France, Suisse et en Irlande depuis son premier album Because of You en 1991. Perry Rose est issu d'une famille du cirque. Depuis ses débuts, il a enregistré huit disques et s'est produit souvent sur scène. Perry Rose allie la musique pop et la musique folk.

Voici un extrait video d'un de ses tubes " why should I worry" ? ( pourquoi devrais-je m'inquiéter) ?





  • 1991 : Because of You
  • 1992 : All Seasons
  • 1996 : The Bright Ring of the Day
  • 1996 : Green Bus
  • 1998 : The Triumphant March
  • 1999 : Celtic Circus
  • 2002 : Hocus Pocus
  • 2004 : Happy Live (enregistré en public)
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 18:29

Son nom (Buckley) etait celui d'un barde irlandais, il etait né  à Los Angeles et mourut  à Memphis, tennessee un soir d'ivresse, comme il aurait pu finir dans la liffey à Dublin. Cette chanson, dont les paroles sont tirées de la légende arthurienne, air lointain venu du moyen -age est l'ecrin qui convient le mieux  à la sepulcture de Jeff Buckley. Comme si le coeur de l'Irlande intimait à un fils perdu et debauché  de rentrer au foyer...

" il l'a mise au monde, il l'a mise en terre
le faucon a emporté mon amie très loin d'ici
près de son lit, sur la stèle est ecrit
corpus christi"



Corpus Christi Carol

(freely after anonymous 15th century text, melody by B. Britten)


He bare her up, he bare her down
He bare her into an orchard ground

Lully lullay, lully lullay
The falcon hath borne my mate away

And in that orchard there was a hall
That was hanged with purple and pall
And in that hall there was a bed
And it was hanged with gold so red

Lully lullay, lully lullay
The falcon hath borne my mate away

And on this bed there lyeth a knight
His wound is bleeding day and night
By his bedside kneeleth a maid
And she weepeth both night and day

Lully lullay, lully lullay
The falcon hath borne my mate away

By his bedside standeth a stone
Corpus Christi written thereon


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de l'Irlandaise
  • : Blog destiné à la présentation du roman de l'auteur et à la culture celtique, irlandaise en particulier.
  • Contact

ROMAN

  octobre2011

 

Laissez-vous emporter

vers l'Irlande du Nord & ses

mystères avec le ROMAN de

l'auteur de ce blog :  

 

Larmes-rouges.Net